La ville comme trait d’union

Selon Antoine de Borman, la place Rogier new-look manque de convivialité.
Selon Antoine de Borman, la place Rogier new-look manque de convivialité. - bruno d’alimonte.

Président depuis juin 2018 de citydev.brussels, ancienne SDRB (Société de développement pour la Région de Bruxelles-Capitale), organisme qui met notamment à disposition du citoyen des logements neufs subsidiés par la Région, Antoine de Borman possède également une autre casquette : celle de directeur du Centre d’études du CDH.

Les villes reliantes. Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains. Editions Presses Universitaires de Louvain
; 361
p.
; 20 euros.
Les villes reliantes. Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains. Editions Presses Universitaires de Louvain ; 361 p. ; 20 euros.

A ce titre, il vient de diriger, avec Jérémy Dagnies, la publication d’un ouvrage intitulé Les villes reliantes, aux Presses universitaires de Louvain. Un livre, ou plutôt une brique, qui donne la parole à une belle brochette de spécialistes en tous genres, et qui offre, exemples et images à l’appui, une vision de la ville de demain où l’humain est placé au centre. « Le tissu urbain est un des domaines où il est important de réinvestir », dit Antoine de Borman depuis le Mipim de Cannes. « Créer des nouveaux quartiers est une question que l’on se pose partout en Europe. Nous sommes allés en visiter plusieurs et en avons publié le best-of dans l’ouvrage. Aujourd’hui, il existe beaucoup de concepts de la ville. On parle de smart-cities, de green-cities, de parcs publics en hauteur, etc. Mais pour nous, le plus important est les habitants et les liens entre eux. »

D’où le concept de « linking-cities », les villes reliantes. « A Bruxelles, il y a beaucoup trop d’éléments qui créent des coupures entre les différents quartiers, insiste notre interlocuteur. Je pense notamment au canal mais aussi aux viaducs. Je vois trop de buildings dans lesquels on arrive avec sa voiture dans le parking sous-terrain et où l’on monte dans son bureau sans voir personne. Il faut lutter contre l’isolement, la montée de l’individualisme, les conflits de voisinage, la ghettoïsation ou le sans-abrisme, mais aussi la privatisation des espaces publics, ou le déclin du commerce de proximité. »

Un idéaliste ?

Pour Antoine de Borman, dont la vision pourrait paraître un tantinet idéaliste à certains, une ville est pareille à un appartement où l’on se sentirait bien dès qu’on en franchit la porte d’entrée. « Un exemple de ce qui est raté aujourd’hui dans la capitale est la place Rogier, poursuit notre homme. On y a construit une belle soucoupe au geste architectural fort, ce qui est très bien. Mais ce nouveau lieu ne dégage aucune convivialité. »

Tisser les liens entre les habitants d’une ville, d’un quartier. Mais comment faire ? « Ça passe parfois par des choses très simples comme élargir les trottoirs pour favoriser les piétons et les contacts. Il faut songer à des espaces animés, à des promenades ou à des sentiers dans la ville et développer des espaces de rencontres en utilisant, par exemple, les toitures. J’ai beaucoup l’image du village dans la ville. J’ai la chance d’habiter une commune comme Schaerbeek où il y a beaucoup d’endroits comme ça. Si l’on prend le nouveau quartier Tivoli, on voit qu’il y a eu une vraie réflexion sur ces thèmes. »

Le problème, selon Antoine de Borman, se trouve à la base même de ces développements. « On construit des logements dans des grands ensembles et on réfléchit ensuite aux aménagements qu’on peut faire autour. Or, il faut faire l’inverse. Il faut partir de l’espace public pour arriver aux logements. »

Sur le livre en lui-même, l’auteur explique avoir voulu dégager des solutions concrètes pour rendre la ville plus humaine et donc plus agréable à vivre. Au Mipim, rendez-vous annuel des professionnels de l’immobilier, Antoine de Borman ne s’est évidemment pas privé d’en faire la publicité auprès des promoteurs présents à Cannes. « J’aimerais que chacun d’eux l’ait en mains », sourit-il, « mais puisque nous sommes en période électorale, il m’est interdit de le distribuer gratuitement… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce shopping center est programmé à Hong Kong. Il s’articulera notamment autour d’un jardin botanique.

    Le shopping définit ses nouveaux espaces

  • YouStudio GODIVA

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le Retail Design, une aide pour les magasins «en dur»

  • Un projet novateur est sur les rails pour changer le visage de Tubize.

    Par Audrey Degrange

    Immo

    Un nouveau Tubize à l’horizon

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les avortements jusqu’à 18 semaines reposent la question de la formation

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite