La ville comme trait d’union

Selon Antoine de Borman, la place Rogier new-look manque de convivialité.
Selon Antoine de Borman, la place Rogier new-look manque de convivialité. - bruno d’alimonte.

Président depuis juin 2018 de citydev.brussels, ancienne SDRB (Société de développement pour la Région de Bruxelles-Capitale), organisme qui met notamment à disposition du citoyen des logements neufs subsidiés par la Région, Antoine de Borman possède également une autre casquette : celle de directeur du Centre d’études du CDH.

Les villes reliantes. Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains. Editions Presses Universitaires de Louvain
; 361
p.
; 20 euros.
Les villes reliantes. Favoriser les liens pour humaniser les territoires urbains. Editions Presses Universitaires de Louvain ; 361 p. ; 20 euros.

A ce titre, il vient de diriger, avec Jérémy Dagnies, la publication d’un ouvrage intitulé Les villes reliantes, aux Presses universitaires de Louvain. Un livre, ou plutôt une brique, qui donne la parole à une belle brochette de spécialistes en tous genres, et qui offre, exemples et images à l’appui, une vision de la ville de demain où l’humain est placé au centre. « Le tissu urbain est un des domaines où il est important de réinvestir », dit Antoine de Borman depuis le Mipim de Cannes. « Créer des nouveaux quartiers est une question que l’on se pose partout en Europe. Nous sommes allés en visiter plusieurs et en avons publié le best-of dans l’ouvrage. Aujourd’hui, il existe beaucoup de concepts de la ville. On parle de smart-cities, de green-cities, de parcs publics en hauteur, etc. Mais pour nous, le plus important est les habitants et les liens entre eux. »

D’où le concept de « linking-cities », les villes reliantes. « A Bruxelles, il y a beaucoup trop d’éléments qui créent des coupures entre les différents quartiers, insiste notre interlocuteur. Je pense notamment au canal mais aussi aux viaducs. Je vois trop de buildings dans lesquels on arrive avec sa voiture dans le parking sous-terrain et où l’on monte dans son bureau sans voir personne. Il faut lutter contre l’isolement, la montée de l’individualisme, les conflits de voisinage, la ghettoïsation ou le sans-abrisme, mais aussi la privatisation des espaces publics, ou le déclin du commerce de proximité. »

Un idéaliste ?

Pour Antoine de Borman, dont la vision pourrait paraître un tantinet idéaliste à certains, une ville est pareille à un appartement où l’on se sentirait bien dès qu’on en franchit la porte d’entrée. « Un exemple de ce qui est raté aujourd’hui dans la capitale est la place Rogier, poursuit notre homme. On y a construit une belle soucoupe au geste architectural fort, ce qui est très bien. Mais ce nouveau lieu ne dégage aucune convivialité. »

Tisser les liens entre les habitants d’une ville, d’un quartier. Mais comment faire ? « Ça passe parfois par des choses très simples comme élargir les trottoirs pour favoriser les piétons et les contacts. Il faut songer à des espaces animés, à des promenades ou à des sentiers dans la ville et développer des espaces de rencontres en utilisant, par exemple, les toitures. J’ai beaucoup l’image du village dans la ville. J’ai la chance d’habiter une commune comme Schaerbeek où il y a beaucoup d’endroits comme ça. Si l’on prend le nouveau quartier Tivoli, on voit qu’il y a eu une vraie réflexion sur ces thèmes. »

Le problème, selon Antoine de Borman, se trouve à la base même de ces développements. « On construit des logements dans des grands ensembles et on réfléchit ensuite aux aménagements qu’on peut faire autour. Or, il faut faire l’inverse. Il faut partir de l’espace public pour arriver aux logements. »

Sur le livre en lui-même, l’auteur explique avoir voulu dégager des solutions concrètes pour rendre la ville plus humaine et donc plus agréable à vivre. Au Mipim, rendez-vous annuel des professionnels de l’immobilier, Antoine de Borman ne s’est évidemment pas privé d’en faire la publicité auprès des promoteurs présents à Cannes. « J’aimerais que chacun d’eux l’ait en mains », sourit-il, « mais puisque nous sommes en période électorale, il m’est interdit de le distribuer gratuitement… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La compagne du terroriste présumé travaillait chez Swissport à Zaventem.

    Attentats de Paris et Bruxelles: la compagne d’un terroriste présumé travaillait à l’aéroport de Zaventem

  2. Nollet et Maouane n’ont pas été convaincus.

    Négociations fédérales: les verts rejettent la note de Magnette et De Wever en l’état

  3. Comme en juin, les examens de seconde session vont essentiellement s’organiser à distance.

    Enseignement supérieur: le distanciel privilégié en seconde session

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite