Débat: Jean-Marc Nollet survolté face à un Bart De Wever agacé

Débat: Jean-Marc Nollet survolté face à un Bart De Wever agacé

À l’origine, on devait assister à la revanche de la bataille De Wever-Magnette de 2014, mais le socialiste a décliné l’invitation. On n’y a pas perdu au change. C’est un Jean-Marc Nollet survolté qui a ouvert les hostilités attaquant le bourgmestre d’Anvers sur ses absences répétées à la Chambre. « Pour empêcher la loi climat, j’étais là », a réagi le patron des nationalistes.

Dès le premier round (sur quatre) consacré au climat, on a compris qu’on n’arriverait pas à les réconcilier. Eco-réalisme VS écologie. Presque deux religions, l’une s’en remettant au progrès (N-VA) : « on ne sait pas sur quelle découvertes peut déboucher la recherche sur le nucléaire », face à la modification des comportements individuels (Ecolo) : « si tout le monde consommait comme les Belges, il faudrait quatre planètes ! » Bart De Wever a rappelé que son parti souhaitait le maintien des centrales nucléaires. Jean-Marc Nollet lui a répliqué, plus d’une fois, que sa vision manquait de modernité.

Jobs et taxes

Lors du second round consacré à l’économie et l’emploi, Bart De Wever s’est retrouvé dans une position inconfortable à savoir défendre la politique d’un gouvernement qu’il a choisi de quitter prématurément. Un gouvernement qui prônait l’équilibre mais laisse un trou budgétaire estimé à 11 milliards d’euros. De Wever a répondu avec le « job, job, job » de Charles Michel, à savoir la création de 240.000 créations d’emplois.

De Wever a préféré dévier la conversation sur le « tsunami de taxes », il en a répertorié plus de cinquante, que provoquerait un retour d’Ecolo aux affaires. « Je vois beaucoup de gens que l’on voudrait plumer dans cette salle mais je ne sais pas où on va encore trouver des plumes. Ce sont les Flamands qui vont devoir payer. »

>Bart De Wever: «Les Flamands et les francophones ont droit à leur propre politique»

« No way »

La position d’ouverture d’Ecolo sur la question de l’immigration, objet du troisième round, a fini d’agacer un Bart De Wever sonné par « tant de naïveté ». « Une nation qui ne défend pas ses frontières n’est pas une nation », a-t-il tonné. De nation, il en était encore question dans le dernier débat. Sans surprise, vision confédéraliste et belgicaine se sont opposées, sans pouvoir s’entendre. À part peut-être sur la nécessité de créer une circonscription électorale à l’échelle du pays, même si chacun a ses conditions.

Bref, à ceux, – s’ils existent –, qui imaginaient possible un gouvernement De Wever – Nollet, l’issue de la rencontre était claire : « No Way ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite