Grève à l’aéroport de Charleroi: des centaines de voyageurs bloqués à l’entrée et dans le hall (vidéo)

© Photo Twitter
© Photo Twitter

Les agents de sécurité de l’aéroport de Charleroi bloquent depuis 11h ce jeudi l’accès à la zone de sécurité de l’aéroport de Charleroi (BSCA). Ils dénoncent les rémunérations qui leur sont proposées pour les charges de travail et les horaires atypiques.

Un agent de sécurité a explique à RTLque « l e hall est rempli, on ne laisse plus passer personne depuis 11 heures, ce qui provoque inévitablement des files qui se propagent à l’extérieur du hall des départs ». La veille, les agents ont déjà mené une grève de zèle.

Les agents de sécurité proviennent de la société Securitas, le sous-traitant choisi par BSCA. La direction de l’entreprise discute actuellement avec les syndicats de différents sujets, dont celui des rémunérations liées aux charges de travail et aux horaires atypiques.

Le porte-parole de l’aéroport de Charleroi s’est inquiété jeudi de la tournure actuelle des événements alors que les vacances de Pâques débutent officiellement vendredi avec la promesse de vols remplis où il sera impossible de recaser les passagers qui n’auraient pas pu s’envoler. «On espère que la direction de Securitas et les syndicats vont parvenir à s’entendre», a-t-il indiqué.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Grève|Industrie du transport|Ryanair
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite