Patagonia veut réserver ses vestes sans manches aux entreprises qui aiment la planète

Jeff Bezos, le patron d’Amazon et homme le plus riche du monde est très friand des «
Midtowns uniform
».
Jeff Bezos, le patron d’Amazon et homme le plus riche du monde est très friand des « Midtowns uniform ». - Photo News

Oubliez le costume trois-pièces ligné, la chemise bleue à col blanc et la cravate en soie à la Gordon Gekko dans « Wall Street ». Si le « héros » du film d’Oliver Stone, interprété à l’écran par l’excellent Michael Douglas, devait arpenter aujourd’hui les rues du quartier des banques et des affaires de New York, il est fort probable qu’il revêtirait un uniforme fort différent, composé d’une chemise à boutons, d’un pantalon de ville (« slacks », en anglais) et d’une veste sans manches (en polaire ou matelassée). Un « Midtown uniform », prisé également par de nombreux employés des « fintech » dans la Silicon Valley californienne (Jeff Bezos, le patron d’Amazon et homme le plus riche du monde en est friand). Et qui a même son compte, ouvertement moqueur, sur Instagram.

Le look « finance bro »

Mais cet improbable combo est en aujourd’hui danger. En effet, pour être tout à fait dans le ton, l’homme trentenaire ou quarantenaire, très majoritairement blanc (baptisé ironiquement « finance bro » sur Insta) adepte de ce look doit privilégier les vestes de marque Patagonia, si possible avec le logo de sa propre société brodé sur la poitrine. De fait, de nombreuses compagnies américaines (comme la banque d’affaires Goldman Sachs) commandent de telles vestes « personnalisées » auprès de Patagonia pour les offrir à leurs employés – ravis s’ils ont un goût de chiottes, ou atterrés s’ils ont un minimum de style.

Sauf que la marque spécialisée dans les vêtements de randonnée (« outdoor ») a, selon l’agence Bloomberg, récemment changé de politique, et décidé de ne plus travailler qu’avec des entreprises qui ont choisi de faire de la planète leur priorité. Plus question d’accepter des commandes de sociétés pétrolières ou polluantes par exemple, mais aussi de sociétés financières qui travaillent pour de telles entreprises.

Certes, les anciens clients de Patagonia pourront continuer à bénéficier de ce service de personnalisation. Mais, les nouveaux clients devront montrer patte blanche (ou plus exactement patte verte), en apportant la preuve qu’ils bénéficient du label B Corp, une certification indépendante octroyée aux sociétés répondant à des exigences sociétales, environnementales, de gouvernance et de transparence. Ce faisant, Patagonia espère pousser davantage d’entreprises à rejoindre les rangs des défenseurs du climat. A défaut d’en faire des porte-drapeaux de l’élégance masculine !

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite