Trump recule sur la fermeture de la frontière avec le Mexique

Trump recule sur la fermeture de la frontière avec le Mexique

Le président américain Donald Trump a abandonné jeudi sa menace de fermer la frontière avec le Mexique, jugeant que son voisin du sud avait fait des efforts ces derniers jours contre l’immigration clandestine.

>Migration: Trump menace d’imposer des tarifs douaniers sur les voitures importées du Mexique

Tout en éloignant le spectre d’une décision aux conséquences économiques potentiellement désastreuses pour les deux pays, le milliardaire américain a ouvert un nouveau front en menaçant d’utiliser l’arme commerciale pour forcer la main de Mexico.

«Nous avons besoin du mur, mais nous avons besoin de beaucoup d’autres choses», a mis en garde M. Trump à la veille de son déplacement à Calexico, petite ville frontalière située à quelque 300 km au sud-est de Los Angeles.

«Si le Mexique ne veut pas aider, pas de problème, nous imposerons des tarifs douaniers sur leurs voitures qui arrivent aux Etats-Unis», a-t-il ajouté.

«Je le ferai, ce n’est pas un jeu, je le ferai», a-t-il encore dit, menaçant. «Je ne pense pas que nous aurons un jour à fermer la frontière», a-t-il poursuivi, jugeant que l’arme tarifaire serait dissuasive.

Cette annonce a provoqué une vive réaction de Mexico, qui a déploré que Washington mêle les deux sujets.

«Pour le gouvernement mexicain, il est très important de maintenir séparés les thèmes migratoires et commerciaux», a déclaré la ministre mexicaine de l’Economie Graciela Marquez Colin lors d’une conférence de presse.

M. Trump a fait de la lutte contre l’immigration clandestine l’un des sujets centraux de son mandat. Il appelle régulièrement le Mexique à interpeller les migrants originaires d’Amérique centrale --essentiellement du Honduras, du Guatemala et du Salvador-- qui transitent sur son sol.

«Impact économique catastrophique»

«Au cours des quatre derniers jours, le Mexique a vraiment fait un travail fantastique à sa frontière sud (...) en arrêtant et reconduisant les gens dans leur pays», a-t-il déclaré jeudi depuis le Bureau ovale, y voyant la preuve que sa stratégie de mise en garde était payante.

Depuis plusieurs jours, il soufflait le chaud et le froid sur une éventuelle fermeture de la frontière. Mais cette hypothèse avait été vivement critiquée au sein même de son camp, tant son impact économique serait dévastateur.

«Fermer la frontière pourrait avoir un impact économique catastrophique sur notre pays et j’espère que nous n’allons pas le faire», avait mis en garde en début de semaine le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell.

La frontière entre la première économie du monde et son troisième partenaire commercial est traversée dans les deux sens, tous les jours, par des centaines de milliers de personnes et par 1,7 milliard de dollars de produits agricoles, industriels et autres biens de consommation.

Depuis la mise en oeuvre d’un accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada en 1994 (et renégocié l’année dernière à la demande de Donald Trump), des pans entiers des économies de ces trois pays sont totalement imbriqués.

Le Mexique est la première source de produits agricoles importés aux Etats-Unis (2,7 millions de tonnes par an). Rares sont les supermarchés au nord de la frontière à ne pas vendre haricots, tomates et autres avocats; pour le plus grand bonheur des consommateurs américains, qui peuvent ainsi ignorer les saisons au moment de remplir leur assiette.

Pour construire le mur de Trump, un vétéran fait appel aux dons et récolte plus de 18 millions de dollars

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite