Francken à Verviers: pour l’Inspection générale de la police, Muriel Targnion «n’a pas créé une condition favorable à la sécurité»

Francken à Verviers: pour l’Inspection générale de la police, Muriel Targnion «n’a pas créé une condition favorable à la sécurité»

L’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale a rendu un rapport accablant la bourgmestre de Verviers Muriel Targnion (PS) pour sa participation à la manifestation contre la venue de Theo Francken, ancien secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, dans sa commune en février dernier, rapportent les titres Sudpresse vendredi. La présence de Muriel Targnion «n’a pas créé une condition favorable à la sécurité, rendant la mission de la police d’assurer le maintien de l’ordre face à sa propre autorité, plus délicate voire difficile», conclut le rapport.

Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V), responsable de la police intégrée, avait demandé une enquête sur la façon dont Muriel Targnion avait exercé l’autorité administrative.

Sanction  ?

Le rapport de 40 pages lui a été présenté et relève le manque de préparation, notamment une analyse de risque, quant à la manifestation. Il pointe aussi que le devoir de neutralité n’a pas été respecté. «En tant qu’autorité administrative, la bourgmestre peut être amenée à devoir prendre ou à confirmer une mesure de police contraignante à l’égard de manifestants. C’est un peu inconfortable lorsque ces manifestants entourent la bourgmestre ou si elle apparaît comme un soutien à la cause», explique Erik Eenaerts, porte-parole du ministre De Crem.

Le rapport rappelle enfin la nécessité de l’accessibilité téléphonique ou physique permanente pour les services de police de l’autorité administrative, à savoir la bourgmestre, responsable pour l’ordre public. En l’occurrence, «l’autorité administrative a fait le choix de soutenir par sa présence physique une faction plutôt qu’une autre, elle a rendu son accessibilité temporairement problématique», ajoute le cabinet.

Pieter De Crem enverra les conclusions du rapport à la ministre wallone de tutelle Valérie De Bue (MR) qui a le pouvoir de sanctionner Muriel Targnion, si elle l’estime nécessaire.

► La bourgmestre de Verviers : «Je suis à 100 % contre le populisme et l’extrémise de Francken»

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite