Mais qui émet ce fameux CO2, cause du changement climatique ?

La Belgique, comme les autres pays signataires de l’Accord de Paris sur le climat, veut limiter le réchauffement de la planète et réduire les gaz à effet de serre, comme le CO2. Mais qui est responsable de son émission ?

Advertisement

Objectif : une augmentation maximale de deux degrés

Si, à l’horizon 2050, nous avons progressivement arrêté toute émission de CO2, comme le prévoit l’Accord de Paris sur le climat, nous pourrons alors limiter le changement climatique de la planète à une augmentation de 2°C par rapport à la période préindustrielle. Deux degrés, cela semble peu, mais cela fera un monde de différence. Littéralement.

Un des principaux secteurs pouvant contribuer à réduire ces gaz à effet de serre est la production d’électricité. Aujourd’hui, l’utilisation de combustibles fossiles représente en effet 70 % de tous les gaz à effet de serre, dont le CO2. En d’autres termes, une énergie pauvre en carbone est la clé d’une lutte efficace contre le changement climatique.

Une source d’énergie n’est pas l’autre

Pour tenter d’atteindre les objectifs climatiques fixés, il s’agit de disposer d’un mix énergétique aussi bas-carbone que possible. Actuellement, 60 % de l’électricité produite en Belgique est déjà fort décarbonée (grâce à la complémentarité des énergies renouvelables et nucléaire), dont 75 % sont fournis par le nucléaire.

Le GIEC, organisme des Nations Unies, a comparé les émissions de CO2 provenant de différentes sources d’énergie. Il en ressort que les centrales nucléaires, les parcs éoliens et les panneaux solaires sont les moins émetteurs de CO2, avec un taux quasi équivalent pour ces 3 sources.

Dans une centrale électrique, l’électricité est produite par une série de transformations énergétiques. La combustion du carburant ou la fission nucléaire (énergie nucléaire) dégage de la chaleur qui transforme de l’eau en vapeur. Cette vapeur entraîne une turbine laquelle fait tourner un alternateur. Celui-ci transforme l’énergie mécanique en énergie électrique. La production d’électricité par les centrales nucléaires ne s’accompagne pas d’émissions de CO2, contrairement à la combustion de combustibles fossiles dans les centrales électriques thermiques.

Si nous tenons compte du cycle de vie complet d’une centrale nucléaire (y compris l’extraction des matières premières, le transport, la construction et le démantèlement de la centrale et enfin, le stockage des déchets), les émissions de CO2 de l’énergie nucléaire sont comparables à celles des énergies renouvelables.

Mais que voit-on alors sortir des tours de refroidissement d’une centrale nucléaire ? Il s’agit tout simplement de panaches de vapeur d’eau, comme il en sortirait de votre bouloir…mais à une échelle beaucoup plus importante évidemment !
 

Les émissions de CO2 de différentes sources d'énergie, en grammes par kilowattheure.

Les émissions de CO2 de différentes sources d'énergie, en grammes par kilowattheure.


Les centrales au charbon sont de loin les plus émettrices de CO2 ! Qu’en est-il en Belgique ? Depuis le 1er avril 2016, la Belgique a officiellement renoncé au charbon comme source de production d’électricité. Un premier pas hautement important dans la réduction des gaz à effet de serre et dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

 

 

La UneLe fil info Partager