Vaste opération anti-drogue dans plusieurs pays européens: 15 plantations de cannabis localisées en Belgique

Conférence de presse avec Christian Henry, procureur du roi de Tournai-Mons et Xavier Laurent, procureur de la République à Lille © Belga
Conférence de presse avec Christian Henry, procureur du roi de Tournai-Mons et Xavier Laurent, procureur de la République à Lille © Belga

L’opération policière internationale « Per-Peco » a débouché sur la découverte de 17 plantations de cannabis en Belgique, en France et aux Pays-Bas, ont rapporté vendredi les autorités judiciaires. Pas moins de 8.255 plants de cannabis et de 200g de cocaïne ont été saisis lors des perquisitions qui ont mobilisé plus de 600 policiers.

350 gendarmes mobilisés en Belgique

Au départ de la Belgique, une action policière et judiciaire internationale de grande envergure, visant à mettre la main sur une série de plantations de cannabis, a été menée ces trois derniers jours. À la demande de la juge d’instruction de Tournai Véronique Hanton, une vague de perquisitions a été opérée en collaboration avec les forces de l’ordre du Royaume-Uni, d’Italie, de France, de Serbie, des Pays-Bas et de Belgique. Au total, 645 policiers et gendarmes ont été engagés dans cette opération dont 350 en Belgique, 220 en France et 75 aux Pays-Bas.

15 plantations actives en Belgique

Ces interventions ont été appuyées par les unités spéciales belges, des maîtres-chiens drogues et billets et le GIGN (groupe d’intervention) en France. En Belgique, 15 plantations actives de cannabis ont été localisées à Mons, Jurbise, Braine-le-Château, Blaugies, Charleroi, Tarciennes, Herstal, Fléron, Soumagne, Juprelle, Rochefort, Genk, Bruxelles, Affligem et Anvers. Une plantation (2.000 plants) a aussi été découverte à Revin dans les Ardennes françaises ainsi qu’une petite plantation au Pays-Bas.

Durant cette opération, 8.255 plants de cannabis, de 200g de cocaïne, 86.000€ et 1.000$ en cash, six véhicules dont quatre voitures de luxe (Ferrari, Porsche, Mercedes), de nombreux faux documents d’identité et de photos diverses devant servir à leur confection, 55 GSM et GPS, 10 ordinateurs, des montres et bijoux de luxe ainsi que quelques petits lingots d’or ont été saisis.

39 perquisitions en Belgique et 54 arrestations

En Belgique, les 39 perquisitions menées ont débouché sur 54 arrestations dont 17 mandats d’arrêt. En France, deux personnes ont été placées sous mandat d’arrêt, trois autres aux Pays-Bas. Ce sont essentiellement des organisations criminelles albanaises qui étaient visées.

« Depuis la fin des années ’90, les clans criminels albanophones sont actifs en Belgique dans les milieux de la drogue, de la prostitution et des vols organisés. Ces organisations familiales sont implantées un peu partout en Europe », a expliqué François Farcy, directeur de la PJF de Tournai-Mons.

« Il y avait une structure de ’cueilleuses’. Ces dames, qui venaient de Bulgarie, étaient logées dans la région d’Eindhoven (Pays-Bas). À la demande, elles venaient en Belgique, de nuit, pour cueillir les plants », a précisé Christian Henry, procureur du roi de Tournai-Mons. » En France, les trafiquants avaient piraté le système électrique. Afin d’éviter qu’une surconsommation soit repérée, leur installation était directement connectée au réseau », a indiqué encore Xavier Laurent, procureur de la République à Lille.

Selon les autorités, ce n’est que dans plusieurs mois que cette opération sera finalisée. Des GSM et ordinateurs saisis doivent notamment encore être exploités. » L’épilogue, ce sera devant le tribunal correctionnel de Mons », a conclu Christian Henry.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • En principe, les traces d’Armstrong et Aldrin sont toujours là, sauf si une météorite est tombée à proximité... © Reuters.

    Par Marie Terol (st.)

    Société

    Des fake news détricotées au clair de Lune

  • Les campings modestes, tels que popularisés par Franck Dubosc dans les films «
Camping«
, représentent moins de 25
% de l’offre globale, contre 60
% il y a seulement quelques années.

    Par Anaïs Ginori («La Repubblica»)

    Lena

    La France perd ses campings populaires

  • 70
% des brevets délivrés par l’ESA servent au secteur des télécommunications. © D.R.

    Par Eva Mbengue (st.)

    Société

    Quand les découvertes spatiales profitent aux entreprises

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite