Sven Kums à propos du futur d’Anderlecht: «Il est encore trop tôt pour penser au fait qu’on sera européen ou non»

@Belga
@Belga

Comment sait-on qu’il y a un parfum de crise au Sporting d’Anderlecht ? Quand le club bruxellois envoie soit Pieter Gerkens, soit Sven Kums devant les médias. Les deux joueurs ont le chic pour ne pas se dérober devant les questions et d’assumer quand la situation est compliquée. Le tout en ayant un discours policé qui ne mettra pas d’huile sur le feu.

Vendredi, c’est Sven Kums, adoubé comme capitaine par son entraîneur, Fred Rutten, jusqu’au terme de la saison, qui était sur le front médiatique à deux jours de la réception de l’Antwerp pour le compte de la troisième journée des Playoffs 1.

Une rencontre devenue déjà capitale dans l’optique d’une qualification européenne pour les Mauves. Soit le minimum syndical pour le club le plus titré du pays. Or, alors qu’ils avaient entamé cette mini-compétition au quatrième strapontin, voilà qu’ils sont maintenant relégués à deux longueurs de leur prochain adversaire anversois qui s’est offert le scalp du Racing Genk en début de semaine.

Il sera donc impératif de débloquer le compteur points pour ne pas hypothéquer une 56e qualification européenne de rang du cercle bruxellois. Inimaginable en temps de paix. Habituellement, on se demande si le RSCA sera en Ligue des champions en ou en Europa League, actuellement, la question est de savoir si le Sporting aura les reins suffisamment solides pour ne pas louper le train continental d’ici la fin du mois de mai. Une éventualité à laquelle Sven Kums ne veut pas encore penser. « Il est encore trop tôt pour penser au fait qu’on sera européen ou non », estime le Soulier d’or 2015. « On doit regarder chaque match qui vient. Maintenant, c’est l’Antwerp qui compte et après, on se concentrera sur le suivant. On est en Playoffs 1. Tous les matches sont difficiles. On verra où on arrive en fin de saison. »

Pour ne pas marquer négativement l’histoire du RSCA, le capitaine anderlechtois est conscient qu’il faudra voir le visage anderlechtois de la deuxième période contre les « Blauw en Zwart » plutôt que celui de la première. « On était mieux en deuxième alors qu’on avait perdu les pédales en première mi-temps après le premier but de Bruges », corrobore Kums. « On n’a jamais baissé la tête et on voulait changer le score mais on n’a pas concrétisé nos occasions. »

Autre motif d’espoir, la montée en puissance d’Adrien Trebel. Or, toutes les forces en présence ne seront pas de trop pour éviter le camouflet de la non-qualification pour l’Europe pour la première saison complète de Marc Coucke. « C’est un joueur important pour nous », confirme Sven Kums. « Il l’a montré à de nombreuses reprises par le passé. Il apporte de la grinta et est également doué avec ses pieds. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite