Accueil Culture Cinéma

«Ce qui m’intéresse, c’est de trouver la meilleure manière de dire la réalité»

Basé sur le roman éponyme de Dimitri Verhulst, « Problemski hotel » aborde la question de l’asile et de la place de l’être humain dans le monde

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

 Il y a dans le cinéma de Manu Riche quelque chose de furieusement réel et en même temps de très poétique, voire d’allégorique. Formé à l’école Strip-tease, avec un attrait particulier pour les sujets dérangeants, Manu Riche aime s’essayer à différentes formes sans s’imposer de barrières.

Avec Problemski hotel, il fait ses débuts en fiction en adaptant le succès littéraire de Dimitri Verhulst (aussi à l’origine de La merditude des choses) mais, au final, il ne fait pas de grande distinction entre les deux genres. « Dans le film, on observe la situation, sans angle très dirigé. Pour moi, le plus important était de donner l’impression que la caméra était là par hasard. »

D’où vient votre envie d’adapter cette histoire ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs