Maxime Prévot en congrès en même temps à Bruxelles et Namur: «Il faut parfois être en capacité de se dédoubler»

© Belga
© Belga

Le président du CDH, Maxime Prévot est apparu en chair et en os à Bruxelles et en hologramme à Namur (photo ci-dessous), deux villes où le CDH a réuni, en tout, quelque 700 militants en congrès pré-électoral programmatique.

Le but avoué du recours à la 3D était aussi de valoriser, à travers l’ubiquité technologique, les propositions du centre démocrate Humaniste, et le slogan de campagne dévoilé samedi : « Autrement, maintenant ».

L’hologramme de Maxime Prévot à Namur
L’hologramme de Maxime Prévot à Namur

Il n’a pas nié samedi les turbulences traversées par son parti au cours des dernières semaines. Il a toutefois souligné que sa formation entrait en campagne fort de plusieurs acquis significatifs par rapport à son ADN humaniste : l’augmentation des allocations familiales, l’amélioration de la qualité de vie des aînés, l’enseignement réformé…

« Disons-le avec humour : être confronté à quelques turbulences offre souvent l’occasion de relativiser les choses. Cela contribue à ma zénitude et à ma créativité. C’est une des leçons tirées depuis la Laponie : il faut parfois être en capacité de se dédoubler », a ironisé le président du CDH qui était physiquement à Bruxelles et en hologramme au théâtre de Namur.

M. Prévot faisait allusion au récent trail de 100 kms auquel il a pris part, le mois dernier, en Laponie au moment qu’a choisi la députée MR Patricia Potigny pour rejoindre les Listes Destexhe et faire voler la majorité wallonne MR-cdH en éclats.

Le CDH dans la tourmente

Il songeait vraisemblablement aussi à l’inculpation de Dimitri Fourny, et au retrait des candidatures de l’ex-présidente du parti Joëlle Milquet et du député sortant Francis Depérée.

« On ne va pas se mentir… Oui, il y a des parenthèses douloureuses. Mais à nous d’écrire l’histoire autrement », a encore dit le président du CDH.

M. Prévot a déploré l’absence de stratégie politique à long terme dans le pays, pour affronter le défi climatique, résoudre les problèmes structurels de mobilité, redonner de la pertinence à la fiscalité ou sortir du nucléaire. Il a avancé quelques-unes des pistes de son parti à l’horizon 2030.

Parmi celles du programme qui ne doivent pas attendre jusque-là, le président du centre démocrate Humaniste a mis en avant celle qui consiste à créer un droit à la démission, assorti d’un accès à des allocations de chômage pour permettre le départ spontané de ceux qui sont malheureux dans l’exercice de leur travail.

Dans une allocution qui a plutôt épargné les autres formations de critiques, il s’en est toutefois pris au gouvernement Michel qui « va nous léguer un gouffre des finances publiques ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite