Maxime Prévot en congrès en même temps à Bruxelles et Namur: «Il faut parfois être en capacité de se dédoubler»

© Belga
© Belga

Le président du CDH, Maxime Prévot est apparu en chair et en os à Bruxelles et en hologramme à Namur (photo ci-dessous), deux villes où le CDH a réuni, en tout, quelque 700 militants en congrès pré-électoral programmatique.

Le but avoué du recours à la 3D était aussi de valoriser, à travers l’ubiquité technologique, les propositions du centre démocrate Humaniste, et le slogan de campagne dévoilé samedi : « Autrement, maintenant ».

L’hologramme de Maxime Prévot à Namur
L’hologramme de Maxime Prévot à Namur

Il n’a pas nié samedi les turbulences traversées par son parti au cours des dernières semaines. Il a toutefois souligné que sa formation entrait en campagne fort de plusieurs acquis significatifs par rapport à son ADN humaniste : l’augmentation des allocations familiales, l’amélioration de la qualité de vie des aînés, l’enseignement réformé…

« Disons-le avec humour : être confronté à quelques turbulences offre souvent l’occasion de relativiser les choses. Cela contribue à ma zénitude et à ma créativité. C’est une des leçons tirées depuis la Laponie : il faut parfois être en capacité de se dédoubler », a ironisé le président du CDH qui était physiquement à Bruxelles et en hologramme au théâtre de Namur.

M. Prévot faisait allusion au récent trail de 100 kms auquel il a pris part, le mois dernier, en Laponie au moment qu’a choisi la députée MR Patricia Potigny pour rejoindre les Listes Destexhe et faire voler la majorité wallonne MR-cdH en éclats.

Le CDH dans la tourmente

Il songeait vraisemblablement aussi à l’inculpation de Dimitri Fourny, et au retrait des candidatures de l’ex-présidente du parti Joëlle Milquet et du député sortant Francis Depérée.

« On ne va pas se mentir… Oui, il y a des parenthèses douloureuses. Mais à nous d’écrire l’histoire autrement », a encore dit le président du CDH.

M. Prévot a déploré l’absence de stratégie politique à long terme dans le pays, pour affronter le défi climatique, résoudre les problèmes structurels de mobilité, redonner de la pertinence à la fiscalité ou sortir du nucléaire. Il a avancé quelques-unes des pistes de son parti à l’horizon 2030.

Parmi celles du programme qui ne doivent pas attendre jusque-là, le président du centre démocrate Humaniste a mis en avant celle qui consiste à créer un droit à la démission, assorti d’un accès à des allocations de chômage pour permettre le départ spontané de ceux qui sont malheureux dans l’exercice de leur travail.

Dans une allocution qui a plutôt épargné les autres formations de critiques, il s’en est toutefois pris au gouvernement Michel qui « va nous léguer un gouffre des finances publiques ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite