Maxime Prévot en congrès en même temps à Bruxelles et Namur: «Il faut parfois être en capacité de se dédoubler»

© Belga
© Belga

Le président du CDH, Maxime Prévot est apparu en chair et en os à Bruxelles et en hologramme à Namur (photo ci-dessous), deux villes où le CDH a réuni, en tout, quelque 700 militants en congrès pré-électoral programmatique.

Le but avoué du recours à la 3D était aussi de valoriser, à travers l’ubiquité technologique, les propositions du centre démocrate Humaniste, et le slogan de campagne dévoilé samedi : « Autrement, maintenant ».

L’hologramme de Maxime Prévot à Namur
L’hologramme de Maxime Prévot à Namur

Il n’a pas nié samedi les turbulences traversées par son parti au cours des dernières semaines. Il a toutefois souligné que sa formation entrait en campagne fort de plusieurs acquis significatifs par rapport à son ADN humaniste : l’augmentation des allocations familiales, l’amélioration de la qualité de vie des aînés, l’enseignement réformé…

« Disons-le avec humour : être confronté à quelques turbulences offre souvent l’occasion de relativiser les choses. Cela contribue à ma zénitude et à ma créativité. C’est une des leçons tirées depuis la Laponie : il faut parfois être en capacité de se dédoubler », a ironisé le président du CDH qui était physiquement à Bruxelles et en hologramme au théâtre de Namur.

M. Prévot faisait allusion au récent trail de 100 kms auquel il a pris part, le mois dernier, en Laponie au moment qu’a choisi la députée MR Patricia Potigny pour rejoindre les Listes Destexhe et faire voler la majorité wallonne MR-cdH en éclats.

Le CDH dans la tourmente

Il songeait vraisemblablement aussi à l’inculpation de Dimitri Fourny, et au retrait des candidatures de l’ex-présidente du parti Joëlle Milquet et du député sortant Francis Depérée.

« On ne va pas se mentir… Oui, il y a des parenthèses douloureuses. Mais à nous d’écrire l’histoire autrement », a encore dit le président du CDH.

M. Prévot a déploré l’absence de stratégie politique à long terme dans le pays, pour affronter le défi climatique, résoudre les problèmes structurels de mobilité, redonner de la pertinence à la fiscalité ou sortir du nucléaire. Il a avancé quelques-unes des pistes de son parti à l’horizon 2030.

Parmi celles du programme qui ne doivent pas attendre jusque-là, le président du centre démocrate Humaniste a mis en avant celle qui consiste à créer un droit à la démission, assorti d’un accès à des allocations de chômage pour permettre le départ spontané de ceux qui sont malheureux dans l’exercice de leur travail.

Dans une allocution qui a plutôt épargné les autres formations de critiques, il s’en est toutefois pris au gouvernement Michel qui « va nous léguer un gouffre des finances publiques ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saison 2 de Big Little Lies, sortie récemment, est notamment disponible sur l’IPTV.

    L’IPTV, le succès alarmant de la télévision pirate

  2. Un programme conjoint de l’ONU et de l’Organisation mondiale des douanes vient d’atteindre les 300 tonnes de cocaïne saisies depuis son lancement, il y a 15 ans.

    Un expert belge de l’ONU témoigne: «Moins de 2% des containers sont contrôlés contre la drogue»

  3. Philippe Clement, qui a accepté de relever le défi brugeois, préface la saison à venir.

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Pour le Roi, le peuple est souverain

    Il ne faut évidemment pas surestimer la portée d’un discours royal. L’exercice reste convenu, le style compassé et le message très encadré. Mais à l’occasion de la Fête nationale, tous les observateurs ont noté entre les lignes que le roi Philippe a adressé un message direct aux responsables politiques du pays qui doivent « faire la synthèse (des résultats électoraux) et s’accorder sur des solutions. » Le souverain insiste : « Les défis sont...

    Lire la suite