Scénario catastrophe pour Anderlecht, battu par l’Antwerp

Scénario catastrophe pour Anderlecht, battu par l’Antwerp
Photo News

Zéro point sur neuf ! Anderlecht, qui se disait candidat au titre, et se déplace au Standard vendredi, attend toujours son premier point dans le playoff 1 de la Jupiler Pro League de football. Il n’a en effet conservé que 6 minutes, l’avantage que lui avait procuré Pieter Gerkens à la 33e, dimanche contre l’Antwerp, lors de la troisième journée. L’ex-chamois niortais Didier Lamkel Zé a en effet égalisé à la 39e. Dieumerci Mbokani, à l’origine du premier goal anversois, allait également être à la base, puis l’auteur du second, à la 83e. Cette troisième défaite en autant de matches du Sporting, 1-2, témoigne des deux maux qui l’empêchent d’être performant. Grossièrement résumé : il marque trop difficilement, et encaisse trop facilement…

Si Anderlecht a dominé dès le coup d’envoi, son gardien Thomas Didillon s’est néanmoins mis le premier en évidence, pour repousser brillamment une tête de Dino Arslanagic (5e).

Le Français avait déjà écarté une déviation de William Owusu en corner sur la phase précédente, et dut ensuite encore empêcher un envoi du capitaine visiteur Faris Haroun, de se loger dans sa lucarne.

Il a fallu plus d’une demi-heure aux mauves pour ouvrir le score.

C’est Gerkens, déjà buteur contre Bruges (2-3), jeudi, qui a joliment repris de la tête un centre millimétré d’Andy Najar.

Sinan Bolat a certes réussi à toucher le ballon au prix d’une belle détente, mais sans le sortir du cadre (1-0, 33e).

Cette avance, certes méritée, fut néanmoins éphémère.

Six minutes plus tard, en effet, Mbokani se promenait dans son ancien (et futur ?) jardin, avant de servir Lamkel Zé, qui exploitait parfaitement l’assist (1-1, 39e).

Anderlecht, qui remonta sur la pelouse du Stade Constant Vanden Stock, avec Sebastiaan Bornauw à la place de James Lawrence en défense centrale, allait-il réussir à reprendre l’avantage en deuxième mi-temps ?

Il n’en donnait pas vraiment l’impression, et Fred Rutten dut ainsi se résoudre à jouer la carte Ivan Santini.

Le Croate remplaça en effet Francis Amuzu à la 64e.

L’Antwerp, qui tenait assez aisément son point face à des mauves apparemment fatigués, et en tout cas imprécis, allait même en rafler trois.

Mbokani, l’homme du match, servit en effet une nouvelle fois idéalement Lamkel Zé, dont le poteau renvoya toutefois l’envoi. Dans les pieds du Congolais (1-2, score final, 83e).

Il paraît pourtant que moins de 35 % des supporters anderlechtois souhaitent qu’il revienne une deuxième fois au Parc Astrid. La première fois, de 2011 à 2013, il avait inscrit 43 goals en 69 matches…

Les faits du match :

4’ : Didillon sort trois arrêts de très grandes qualité en l’espace d’une minute. D’abord sur un essai d’Owusu, puis ensuite sur une tête d’Arslanagic où il a un plongeon exceptionnel sur sa ligne, enfin en déviant d’une claquette un ballon de Haroun qui prenait la direction de sa lucarne.

27’ : Coup franc aux 25 mètres, légèrement décalé à gauche. Kums décoche une puissante frappe enroulée qui surmonte le mur anversois mais retombe quelques centimètres à côté de la cage de Bolat.

33’ : Coup franc pour Anderlecht aux 35 mètres. Les Mauves le jouent en combinant. Le ballon arrive à droite à Najar qui sert Gerkens à nouveau sur un plateau. Mais cette fois, la reprise de la tête de Gerkens est cadrée et troue Bolat ! (1-0, 33e)

39’ : Sur un magnifique assist de Mbokani (son neuvième déjà cette saison) qui déstabilise l’axe de la défense anderlechtoise. Lamkel Ze se retrouve seul face à Didillon. Mais le Camérounais place le ballon hors de portée de Didillon ! (1-1, 39e)

82’ : L’Antwerp contre. Mbokani écarte vers Lamkel Ze qui s’infiltre dans le rectangle et frappe. Le ballon rebondit sur le poteau du but de Didillon. Mais Mbokani est là pour propulser le second ballon au fond des filets !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite