De la viande en laboratoire dans vos assiettes, une révolution?

Image d’illustration.
Image d’illustration.

Les Belges semblent avoir une vision a priori plutôt positive quant à la possibilité de voir débarquer dans les rayons des magasins puis dans leurs propres assiettes de la « viande cultivée », soit de la viande obtenue via des cellules-souches et qui ne provient donc pas d’un animal abattu. C’est le constat dressé par un sondage Ipsos commandé par l’association de défense des animaux Gaia auprès de 1.000 Belges de plus de 18 ans. Verdict : 4 Belges sur dix disent « oui » à la viande cultivée, écrivions-nous dans « Le Soir » en mars.

Invitée par RTL sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche », l’association Gaia a commenté ces résultats. « On pourra faire des steaks, des homards. C’est la révolution. Ça va sauver la vie de millions d’animaux », a détaillé Anne De Greef, directrice de l’association. « On aura besoin de beaucoup moins d’animaux pour nourrir toute la planète, on parle de quelques centaines ».

« Une aberration »

René Collin, également présent sur le plateau, a dénoncé « une aberration » et prôné des « élevages sains où des animaux sont élevés dans un cadre de bien-être ».

« La viande cultivée, invention technologique de l’industrie agro-alimentaire, constitue un véritable danger pour l’agriculture durable et le système alimentaire que nous défendons », avait estimé, de son côté, la Fédération unie de groupements d’éleveurs et d’agriculteurs (Fugea), lors de la sortie de l’étude.

Sur le même sujet
Animaux
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. d-20180913-3NJ2DX 2019-11-19 19:47:41

    Le procès Deliveroo fixé pour octobre… 2021

  3. © Reuters.

    Meghan et Harry: la sécurité et les finances du couple, deux sujets sensibles

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite