Accueil Opinions Chroniques

Université : uniformité ou diversité ?

Janvier, c’est aussi – et d’abord pour certains – la triste saison des examens, comme juin et, parfois, septembre. Exercice que d’aucuns disent indispensable, ce principe d’évaluation contribue grandement à faire, potentiellement, de l’université cet outil de la « médiocratie » que dénonce Alain Deneault dans son dernier essai, paru aux éditions Lux (Québec).

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Chroniqueur Temps de lecture: 10 min

À la mémoire de Paul Lecharlier, professeur passionné et passionnant.

Si j’ai toujours adoré enseigner, j’ai toujours détesté faire passer des examens – et plus encore les corriger. Il paraît que dans les yeshivas, les écoles religieuses juives, les étudiants ne passent jamais d’examens ; s’ils sont là, c’est parce qu’ils ont envie d’apprendre, une envie si forte que le principe même d’une évaluation serait une absurdité. Je ne suis pas religieux et je crois qu’il y a des choses plus essentielles à apprendre que les commentaires sacrés ; pourquoi ne pourrait-on pas considérer que la première motivation de nos étudiants serait cette soif d’apprendre, et qu’elle serait assez forte pour rendre inutile tout système d’évaluation ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs