Kara Mbodji accepte la colère des supporters après la défaite face à l’Antwerp: «Je les comprends totalement»

Kara Mbodji accepte la colère des supporters après la défaite face à l’Antwerp: «Je les comprends totalement»
Photo News

Interrogé au micro de Proximus après la défaite du Sporting d’Anderlecht face à l’Antwerp, Kara Mbodji a admis que la colère des supporters bruxellois était totalement justifiée. « Je comprends les supporters, c’est tout à fait normal qu’ils soient fâchés car Anderlecht n’a jamais connu une telle situation », a expliqué le défenseur anderlechtois.

Un sentiment partagé par Adrien Trebel, son coéquipier, qui vit un retour à la compétition compliqué : « Trois matchs trois défaites, je comprends tout à fait les supporters. Anderlecht doit montrer autre chose, à nous de travailler dur pour changer les choses. »

L’ancien joueur du Standard a ensuite expliqué que retrouver le chemin de la victoire était indispensable pour les Bruxellois : « Pour sortir de cette spirale négative, il nous faudrait une victoire. Malheureusement, on n’y arrive pas pour le moment. »

Une situation compliquée à gérer, mais qu’il faut accepter. « On doit continuer à travailler et accepter les critiques. Au niveau mental, il faut assumer cela et continuer à jouer pour gagner », a relativisé Kara.

De son côté, Fred Rutten ne parvient pas a digéré la défaite, qu’il ne trouvait pas méritée. « Je ne sais pas si le résultat est justifié. Pour moi, on ne mérite pas de perdre mais pourtant on a bel et bien perdu. C’est arrivé trop souvent cette saison », a amèrement conclu le coach du Sporting d’Anderlecht.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite