Accueil Monde Union européenne

Comment Pékin se joue des Européens

Le lobbying chinois, des entreprises privées ou diplomatiques, a réinventé le « soft power ». Pékin sait qu’elle tient les pays de l’Union Européenne par les bijoux de famille.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

En une année seulement, l’entreprise chinoise Huawei a doublé, bientôt triplé, la force de travail de son bureau de lobbyistes à Bruxelles. Dans le bâtiment, que l’entreprise partage avec Google et qui a pignon sur parc Léopold, elle est passée du rez-de-chaussée au cinquième étage, désormais au-dessus de Google.

Une ascension qui a tout de symbolique : dans l’ère Trump, et le repli des États-Unis, les Chinois ont compris qu’il y a une place à prendre auprès des Européens. Et pour avoir leur oreille, ils ont compris deux ou trois choses que les Américains n’ont jamais vraiment utilisées.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs