L’Inter de Nainggolan bloquée par l’Atalanta de Castagne (0-0)

@EPA
@EPA

Battue la semaine dernière à domicile par la Lazio, l’Inter Milan a été tenu en échec par l’Atalanta dimanche dans un match comptant pour la 31e journée du championnat d’Italie de football (0-0). Radja Nainggolan est monté au jeu chez les Interistes alors que Timothy Castagne a joué toute la rencontre avec la formation de Bergame.

Malgré le tant attendu retour de Mauro Icardi, les Interistes n’ont pas gagné en explosivité. En plus, les absences de Lautaro Martinez, Stefan de Vrij et de Marcelo Brozovic, qui a cédé sa place à Nainggolan, ont également eu des répercussions sur le jeu milanais. Nainggolan n’a pas presté à un bon niveau même s’il a donné des sueurs froides au gardien adverse Pierluigi Gollini (72e). Préféré à Rubin Gosens au latéral gauche, Castagne a bien fermé les angles et a tenté à plusieurs reprises d’apporter le surnombre en attaque. Il a sauvé une reprise de la tête d’Icardi à même la ligne (31e).

Au classement, l’Inter (57 points) reste troisième et l’Atalanta -cinquième avec le même nombre de points (52) que l’AC Milan (4e)- continue à rêver de la Ligue des Champions.

Silvio Proto était sur le banc lors du partage de La lazio face à Sassuolo (2-2). Les Romains ont ouvert la marque par Ciro Immobile sur penalty (53e, 1-0) avant que Rogerio (57e, 1-1) et Domenico Berardi (89e, 1-2) ne donnent l’avance aux visités. Mais Senad Lulic a égalisé sur passe d’Immobile (90e+5, 2-2). Au classement, La Lazio (49) est 7e et Sassuolo (36) est 11e.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite