Brexit: Theresa May en appelle au compromis

Brexit: Theresa May en appelle au compromis

La Première ministre britannique Theresa May a estimé, dans une vidéo publiée dimanche, que parvenir à un accord dans les discussions sur le Brexit entre le gouvernement et l’opposition nécessiterait «des compromis des deux côtés». «Il y a beaucoup de choses sur lesquelles je suis en désaccord avec le Parti travailliste, mais sur le Brexit, je pense qu’il y a certains points sur lesquels nous pouvons nous mettre d’accord», a déclaré la dirigeante conservatrice.

Son gouvernement est engagé depuis mercredi dans des tractations avec le Labour pour tenter de trouver un accord susceptible d’être adopté par le Parlement afin de concrétiser la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Celle-ci a déjà été retardée une première fois en mars, et pourrait l’être une deuxième fois la semaines prochaine.

«Peut-on trouver une solution qui nous assure un bon accord accepté par le Parlement ? Cela nécessitera des compromis des deux côtés», a souligné Theresa May dans une vidéo d’un peu plus de deux minutes, qui la montre assise sur un canapé du château de Chequers (nord-ouest de Londres), la résidence de campagne des premiers ministres britanniques.

Les députés britanniques ont rejeté trois fois l’accord de retrait négocié entre Londres et Bruxelles, et «je ne les imagine pas l’approuver en l’état actuel des choses», a souligné Mme May. «C’est pourquoi nous cherchons de nouvelles méthodes, une nouvelle approche, pour trouver un accord au Parlement, et cela implique des discussions transpartisanes», se justifie la cheffe du gouvernement, alors qu’une partie de son camp a critiqué avec virulence sa main tendue à l’opposition.

Le Labour souhaite maintenir le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE après le Brexit, ce que les eurosceptiques du Parti conservateur et le gouvernement refusent au motif que cela empêcherait Londres de mener une politique commerciale autonome vis à vis des pays tiers.

En attendant de trouver un terrain d’entente avec les dirigeants européens, Theresa May a réclamé cette semaine un nouveau report de la date du Brexit : initialement fixée au 29 mars, puis décalée au 12 avril, Mme May souhaite désormais la reporter au 30 juin.

Un Conseil européen exceptionnel consacré au Brexit se réunira le 10 avril.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite