Le choix de la rédaction
  1. B9725012694Z.1_20201022085834_000+G75GU044U.1-0

    Coronavirus: politiquement, l’heure d’un premier assouplissement est venue

  2. Sophie Quoilin

    Les experts contre tout allégement du confinement

  3. Pour chaque intervention qui nécessite un contact rapproché dans la chambre d’un résident positif, aide-soignants et infirmières doivent s’équiper lourdement. «C’est chaud, désagréable et ça casse la relation avec la personne», résume un responsable.

    Coronavirus: dans les maisons de repos, le personnel à bout de souffle

La chronique
  • Débat «Le Soir»- Carta Academica: «On a les moyens de nouvelles politiques»

    Vendredi soir, alors que les membres du Comité de concertation annonçaient de nouvelles mesures pour infléchir la courbe des contaminations dues au coronavirus, Le Soir et Carta Academica (collectif d’académiques « engagés », dont on peut lire une chronique chaque samedi sur notre site) menaient, en direct de la rédaction, un débat autour de cette question abyssale : « Et maintenant, on fait quoi ? »

    Autour de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, quatre experts : Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, Isabelle Ferreras, sociologue, professeur à l’UCLouvain, Nicolas Van Nuffel, directeur du plaidoyer au CNCD-11.11.11, et, Paul De Grauwe, professeur à la London School of Economics.

    Une opportunité à saisir

    Est-il bien pertinent de déjà parler de reconstruction alors...

    Lire la suite

  • Le temps n’est pas aux disputes de chiffonniers ou communautaires

    Relâcher la bride ou pas ? Ce vendredi, le Comité de concertation va devoir prendre des décisions délicates. Le grand défi pour le Premier ministre, les ministres-présidents et ministres concernés sera de le faire avant tout avec le sentiment qu’ils partagent les mêmes préoccupations fondamentales et la même compréhension de la difficulté. De mener une discussion d’adultes et pas de chiffonniers. De ne pas venir à la table avec chacun ses « clients » – moi les commerçants, toi les médecins, moi les pédicures, toi les...

    Lire la suite