Accueil Léna

Venezuela: le choc de deux camps irréconciliables

Six ans après la mort de Hugo Chavez, la république bolivarienne est en ruines, et un pays qui fut l’un des plus riches d’Amérique latine, en quasi-banqueroute. Le risque de violences à grande échelle grandit.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Chaque après-midi à la même heure, un coup de canon retentit au-dessus de Caracas. Tiré depuis les remparts du Cuartel de la Montana, petit fortin qui surplombe la ville, il commémore l’heure de la mort de Hugo Chavez, le 5 mars 2013. Ou plutôt celle de son « départ physique », comme le dit le sergent Vélasquez. Ce sous-officier féminin parle de l’ancien président avec la ferveur d’une vestale. « Cette année est la sixième sans notre combattant suprême, sans celui qui nous a donné une deuxième fois notre patrie, dit-elle devant le tombeau de granit noir de Chavez, entouré par une garde d’honneur en shakos et dolmans. Mais nous nous souvenons de lui avec amour, et le président Maduro conserve son héritage. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs