Notre critique de «Tanguy, le retour»: dix-huit ans après, il revient... et c’est un cauchemar

Notre critique de «Tanguy, le retour»: dix-huit ans après, il revient... et c’est un cauchemar

Tanguy, le retour (Etienne Chatiliez)

On avait hâte de retrouver Tanguy, dix-huit ans après. Etienne Chatiliez fait de la belle image mais on attend en vain les bons mots, les situations rocambolesques, le vernis qui craque et les coups en douce. On s’agace vite des mimiques à répétition de Dussollier, prostatique, et d’Azéma, pleine de rhumatismes. Chatiliez noie son film d’aphorismes mais semble en manque d’inspiration pour faire décoller le récit terriblement prévisible, trouver un rythme à sa comédie et nous faire rire.

Les oiseaux de passage (Ciro Guerra & Cristina Gallego)

Un film qui emprunte à Scorsese et Tarantino tout en conservant un certain mysticisme, ce réalisme magique cher au prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez.

Simetierre (Kevin Kölsch & Dennis Widmyer)

Les deux réalisateurs ne se contentent pas de faire sursauter le spectateur ou de l’embarquer dans ces décors noyés par une brume menaçante, ils le font aussi se poser quelques questions sur l’au-delà. Sans prise de tête, cela dit : on reste dans un film d’horreur.

Blanche comme neige (Anne Fontaine)

Dirigeant comme toujours avec beaucoup d’intelligence ses acteurs, Anne Fontaine s’amuse à revisiter le conte de Grimm à la lumière du monde moderne, façon rock’n’roll, défendant l’émancipation radicale de son héroïne. Un élégant exercice de style et un thriller sensuel qui tient en haleine.

Raoul Taburin (Pierre Godeau)

Benoît Poelvoorde insuffle à son personnage son côté haut en couleur et son humour. Un film au scénario assez simple mais imagé et hors du temps. De quoi passer un bon moment en famille.

Monsieur Link (Chris Butler)

Une réussite. Si Monsieur Link s’annonce comme une trépidante comédie d’aventure, c’est au final surtout une comédie. Pas mal intelligente cela dit.

La grande aventure de Non-Non (Matthieu Auvray)

Un film d’animation joyeux, coloré et imagé où les animations 3D par ordinateur miment à merveille les effets de la pâte à modeler. Les situations sont simples, les petits animaux attachants. Une manière de transmettre de jolies valeurs aux plus petits, même si elles sont parfois racontées de manière un peu naïve.

Hellboy (Neil Marshall)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite