Accueil Société

Un combattant belge du groupe Etat Islamique reconnaît l’usage d’armes chimiques

Le site d’informations Kurdistan 24 rapporte que le combattant belge a rejoint le Front al-Nosra, en compagnie de son épouse néerlandaise.

Temps de lecture: 2 min

Un tribunal irakien a condamné à la pendaison Bilal Abdoul-Aziz al-Marshouhi, 25 ans, connu sous le nom d’Abou Fadhil al-Belgiki (le Belge), pour avoir été membre du groupe Etat islamique et pour avoir pris part aux combats contre l’armée irakienne à Mossoul.

« Je suis né en Belgique et possède la nationalité belge, malgré mes origines marocaines », a expliqué Marshouhi. « J’ai fait des études d’ingénieur à l’université d’Anvers. Je suis devenu djihadiste après être devenu ami avec quelqu’un qui lisait des livres qui appelaient à l’islam radical », a-t-il raconté au tribunal à Bagdad.

Le combattant belge a rejoint le Front al-Nosra, en compagnie de son épouse néerlandaise. Ils ont quitté la Belgique pour l’Allemagne, puis la Turquie où ils ont franchi la frontière syrienne illégalement et se sont établis chez des connaissances à Alep. Al-Nosra a envoyé al-Marshouhi dans un camp d’entraînement où il a appris à manier des armes et a rencontré d’autres combattants étrangers.

Marshouhi a ensuite quitté le Front pour rejoindre l’EI, en raison de dissensions avec le chef de la milice, Abou Barra al-Belgiki, « qui m’a, entre autres, accusé d’avoir créé des sites pornographiques ».

Le « policier de Daesh »

Selon le combattant belge, nommé « policier » de Daesh à Alep, la police du groupe Etat Islamique est composée de trois unités : la police militaire qui dépend de l’armée et est dirigée par un juge militaire ; une police judiciaire dépendant d’un juge civil et enfin la police de l’islam composée de différentes patrouilles.

« J’ai été sérieusement blessé à la tête, au dos et à la main droite par des tirs de mortier. Après mon rétablissement, j’ai travaillé dans l’administration à Raqqa ».

Au cours de l’interrogatoire, Marshouhi a affirmé que son groupe faisait usage d’armes chimiques, notamment de mortiers au chlore, dans la zone de Raqqa et dans un camp

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko