Accueil Monde Union européenne

Brexit: la démocratie britannique sous la botte de l’extrême droite

La campagne référendaire de 2016 sur le maintien du pays dans l’UE n’a été qu’un prétexte utilisé par Nigel Farage – l’ex-leader du parti eurosceptique et anti-immigration UKIP – et par une partie des conservateurs pour répandre la haine contre les immigrés et contre les élites.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’annonce faite par Downing street lundi soir concernant l’organisation d’élections européennes le 23 mai prochain au Royaume-Uni fait « enrager » les Brexiters du parti conservateur, selon le Financial Times. Jusqu’ici, rien d’étonnant. Le plus consternant est que la tenue du scrutin européen soit considérée par beaucoup de députés comme «  une calamité qui doit être évitée à tout prix  », comme le remarque The Guardian.

Certes, la participation quasi-certaine du Royaume-Uni au scrutin du 23 mai est le signe le plus tangible de l’échec du processus de négociations du Brexit. Le Brexit version « y a qu’à » ou « faut qu’on » de David Davis, Jacob Rees-Mogg, Boris Johnson etc. est bel et bien mort. « Nous avons sous-estimé la complexité de la sortie de l’UE », a reconnu dimanche Geoffrey Cox, avocat grandiloquent et procureur-général du gouvernement conservateur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Poullet Albert, mercredi 10 avril 2019, 9:19

    Bien vu !

  • Posté par Derauw Dominique, mercredi 10 avril 2019, 6:40

    Bravo pour cet article bref, concis, incisif et éclairant. Merci. Vous mettez des mots sur des sentiments. C'est rare.

  • Posté par VINCENT Patrick, mercredi 10 avril 2019, 5:55

    Comment est-ce possible que des personnes intelligentes puissent encore voter pour le populisme et/ou extrémisme ? C'est à croire que finalement elles ne sont pas si intelligentes, et font le jeu de certains car n'ont pas l'esprit critique.

  • Posté par Christian Radoux, mercredi 10 avril 2019, 1:35

    Excellent article !

  • Posté par Joute Dodo, mardi 9 avril 2019, 22:04

    En quelques mots, un certain nombre de vérités qu'il est bon de rappeler. J'aime votre article.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs