Accueil Société

Greta Thunberg se confie sur son combat pour le climat: «Je suis tombée en dépression à 11 ans»

La jeune militante suédoise dénonce l’inaction des politiciens mais aussi des citoyens.

Temps de lecture: 2 min

L’adolescente suédoise Greta Thunberg, qui est l’un des nouveaux visages de la lutte contre les dérèglements climatiques grâce à ses revendications et son initiative des « grèves scolaires », s’est confiée sur son parcours atypique et son désir profond de changer le monde dans le magazine « Questions à la Une » de la RTBF, diffusé ce mercredi soir.

Désignée femme de l’année en Suède, la jeune militante est tombée en dépression à l’âge de 11 ans : « J’ai pensé qu’il n’y avait plus de raison de vivre si tout allait si mal. Et je suis tombée en dépression », explique-t-elle. Greta Thunberg a alors cessé de parler, de manger et d’aller à l’école.

Climat : Greta Thunberg proposée pour le Nobel de la paix

Elle décide de reprendre sa vie en main, animée par le désir d’éveiller les consciences. Elle devient alors une véritable icône, un modèle pour la jeunesse, notamment grâce à ses discours à Davos ou à la COP24 en Pologne.

« Je suis un peu différente, bizarre »

« Depuis que j’ai arrêté de manger, j’ai cessé de grandir. J’ai donc l’air plus jeune que je ne le suis en réalité », explique Greta Thunberg, qui est atteinte du syndrome d’Asperger, un trouble autistique sans déficience intellectuelle. « Je suis un peu différente, bizarre », se confie-t-elle.

« Aujourd’hui, j’ai 16 ans. Je ne supporte pas quand les gens disent que le réchauffement climatique est important et continuent de vivre comme avant. Moi je n’y arrive. Je ne pourrais pas me regarder dans un miroir », partage-t-elle.

Greta Thunberg sur le climat : « Nous sommes face à la plus grande crise existentielle de l’humanité »

« Les politiciens ne font rien du tout »

La jeune militante dénonce avec virulence l’inaction des politiques en matière de climat : « Beaucoup de personnes disent que les politiques ne font pas assez pour combattre le changement climatique. Je ne suis pas d’accord. Parce que pour ne pas en faire assez, il faut faire quelque chose. Or, nous ne faisons rien du tout pour le moment », conclut-elle.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, lundi 24 juin 2019, 19:00

    Si à 11 ans elle est déjà tombé en dépression, qu'est que sera à 45 ans ou après une rupture ? Des millions de personnes tombent en dépression sans que cela ne fasse l'objet d'une information dans les journaux ! Les grandes douleurs sont muettes !

  • Posté par Urban Eric, mardi 23 juillet 2019, 10:26

    Vos propos sont hors propos. Beaucoup de jeunes ont une vision sombre de l'avenir, surtout les curieux et cultivés. Son intelligence supérieur ne l'a pas épargné, elle à compris trop tôt et trop jeune la situation. Son attitude est remarquable. Agir et ne pas faire l'autruche.

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, mercredi 10 avril 2019, 13:10

    Pourquoi "Ecolo" devrait-il encore faire campagne alors que tous les médias le font pour eux.

  • Posté par vanderhulst baudouin, vendredi 1 novembre 2019, 17:35

    Les médias ne font que surfer sur la vague lancée par les écologistes, dont Ecolo

  • Posté par Bayens Remi, mercredi 10 avril 2019, 12:39

    Nous sommes dans une situation dans laquelle les messages transmis, de préférence catastrophiques, influent sur nos jeunes. Les errements des partis 'style' écolo qui privilégient les infos catastrophiques voguent nous entrainent dans une sociétés rétrogrades. Depuis que écolo s'est investi contre l'énergie nucléaire nous avons décidé de fermer nos centrales nucléaires. Nous avons donc un plan pour construire des centrales au gaz alors que le GIEC prône maintenant l'énergie nucléaire. Le problème énergétique se planifie au long terme, ce que écolo semble ignorèrent, voguant sur la peur irrationnelle qu'ils ont instillés depuis des années (prôner la peur cela marche) . Nous sommes dans l'irrationnel alors qu'il s'agit simplement d'une vision technique responsable (qui sont d'ailleurs qualifiés eux d'irresponsable par les écolos) . En ayant surfé sur la peur, le GIEC s'est imposé mais revient maintenant sur des solutions qu'ils condamnaient au début. Leur politique de la peur est une politique qui marche, ils ont été trop loin en défendant des techniques de traitement des données orientées (ce n'est pas très scientifique) mais qui ne tiennent pas la route et en utilisant des ukases contre les scientifiques honnêtes. Les dégâts causés par le GIEC vont se répercuter sur de nombreuses années encore. L'opinion publique marche que si l'on assène des messages en continu, c'est la politique de tous les états autoritaires depuis des siècles. Une nouvelle dictature ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko