Avec Martin Laval, la relève est assurée

«
J’ai toujours eu une certaine facilité à m’adapter et à m’entendre avec les gens, peu importe leur origine sociale.»
« J’ai toujours eu une certaine facilité à m’adapter et à m’entendre avec les gens, peu importe leur origine sociale.» - DR

Comment a débuté votre parcours professionnel ?

J’ai quitté le domicile familial relativement jeune, j’avais alors 19 ans. C’est la raison qui m’a conduit vers l’horeca, où j’ai directement travaillé sans faire de longues études. Ma sœur a lancé un lieu de restauration au Châtelain à Bruxelles et je l’ai aidée à monter ce projet. Au moment de partir de chez mes parents, je savais déjà que je ferais probablement des cours du soir ou une formation plus tard.

Parlez-nous de vos premiers pas dans l’immobilier…

Vers 16 ans, j’ai commencé à faire des jobs étudiants dont certains dans des grandes surfaces, pas très intéressants pour moi. J’ai par contre eu l’occasion de bosser dans la société spécialisée dans le logement social pour laquelle travaillait mon père. Ça me correspondait beaucoup plus. Au moment de commencer à travailler dans l’immobilier en janvier passé, j’ai hésité à rejoindre mes parents déjà installés dans le domaine depuis un bout de temps. J’ai toujours vécu dedans. J’aimais beaucoup les accompagner de temps en temps. J’ai fait quelques visites pour eux afin de leur rendre service. Je trouvais ça sympa. Je décrochais le téléphone pour eux mais je n’avais pas les notions techniques, c’est venu après coup.

Comment vous êtes-vous formé ?

J’ai commencé une formation d’agent immobilier en alternance une fois par semaine. Je bossais toujours dans l’horeca mais en suivant des cours en parallèle, j’avais 21 ans. Ça m’a pris 3 ans. J’ai fini il y a un an et demi. Après ma formation, j’ai arrêté de travailler avec ma sœur. C’était l’occasion de faire autre chose de ma vie.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Je suis agent immobilier à temps plein. J’ai passé quelques entretiens en janvier 2018. Je cherchais alors un stage IPI pour un an en tant qu’indépendant. Je pouvais choisir de le faire dans un petit bureau et avoir éventuellement beaucoup d’indépendance. Mais vu que j’avais déjà l’expérience du côté « petit bureau familial », je me suis dit qu’il serait peut-être plus intéressant pour moi de bosser dans une grosse boîte et de voir l’autre monde immobilier sans le côté bruxellois, famille, village où tout le monde se connaît. La boîte où je suis actuellement offre de nombreuses possibilités. Ils font du syndic, du courtage, de la gestion, ce que peu de bureaux font. Je n’ai pas hésité à les rejoindre. Ils font tant du résidentiel que du bureau ou du commercial, je peux toucher à tout. J’ai commencé en location. Mon stage se termine maintenant, après un an, et on m’a proposé de commencer la vente.

Quel trait de caractère vous a été favorable dans la vie professionnelle ?

Je pense avoir développé une attitude « positive » due à mon parcours scolaire. J’ai fréquenté plusieurs écoles, ce qui m’a permis de côtoyer des milieux vraiment différents. J’ai toujours eu une certaine facilité à m’adapter et à m’entendre avec les gens, peu importe leur origine sociale. Ça m’aide beaucoup dans le travail. J’habite Ixelles, je travaille à Wemmel, commune à facilités, mais je m’occupe de tout ce qui est Anderlecht, Molenbeek, Berchem, etc., des quartiers à forte mixité sociale.

Et la suite de votre carrière ?

A moyen terme, je me sens bien dans une boîte d’envergure comme celle où je travaille actuellement. Je viens de changer de poste et je pense avoir encore beaucoup de choses à apprendre. A long terme, je voudrais entreprendre, je ne l’ai jamais caché. Le fait d’avoir assisté ma sœur en montant un établissement horeca alors que ni elle ni moi n’avions d’expérience dans le domaine, m’encourage.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite