Pédophilie dans l'Église: un prêtre condamné pour agressions sexuelles sur des enfants, en Espagne

© Belga
© Belga

La Cour suprême espagnole a annoncé mercredi la condamnation définitive à 17 ans de prison d’un prêtre pour agressions sexuelles sur deux jeunes garçons, dont un avec le consentement des parents.

Dans son verdict, rendu public mercredi, la Cour suprême confirme la condamnation prononcée par un tribunal régional en 2017 de José Donoso Fernandez, ancien prêtre d’un village du sud-ouest du pays, à 17 ans et sept mois de prison.

Elle confirme également une peine de quatre ans de prison pour les parents de l’un des mineurs victimes du prêtre, «puisqu’ils connaissaient et ont consenti à la relation sexuelle du religieux avec leur fils».

►Nouveau scandale au sein de l’Eglise catholique américaine: 300 prêtres accusés de pédophilie

Les parents, roumains, avaient été hébergés en 2013 et 2014 par le curé. «Cette famille dépendait, presque totalement, de l’accusé José Donoso Fernandez, qui se chargeait pratiquement de toutes leurs dépenses, alimentation, habillement, séjour et scolarisation, et des démarches administratives qu’ils devaient effectuer», détaille la Cour. Le prêtre a au moins une fois «eu des relations sexuelles, dont la nature n’est pas totalement déterminée», avec l’un des enfants, à l’époque âgé de 12 ans. Les parents le savaient et ne s’y sont pas opposés, note le tribunal.

L’autre victime, un jeune garçon également âgé de 12 ans, avait été forcé par le prêtre à lui faire une fellation dans la maison paroissiale du village.

►Pédophilie dans l’Eglise: pour l’abbé de la Morandais, ce sont les enfants qui «cherchent de la tendresse»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite