Elections en Israël: l’issue des élections israéliennes ne fait aucune différence pour le Hamas

© AFP
© AFP

Le Hamas, mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza, a indiqué mercredi dans un communiqué que le nom du gagnant des élections législatives en Israël ne faisait pour lui aucune différence et a promis de continuer à se battre contre l’Etat hébreu.

A l’issue des élections législatives qui se sont tenues le 9 avril en Israël, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou est le mieux placé pour former un gouvernement, après un combat serré contre son adversaire de centre droit Benny Gantz qui a reconnu sa défaite.

«Tout gouvernement formé (en Israël) est un gouvernement d’occupation de notre territoire et nous devons l’affronter avec une volonté nationale et un projet unifié», a affirmé le Hamas.

«Tous les partis sionistes sont les faces d’une même pièce: l’occupation», a-t-il ajouté.

Israël occupe depuis 1967 Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville, en plus d’une partie du plateau syrien du Golan et de la Cisjordanie. Environ 450.000 colons israéliens vivent dans des implantations civiles en Cisjordanie, illégales au regard du droit international.

Israël a évacué unilatéralement en 2005 la bande de Gaza, contrôlée depuis 2007 par le Hamas et verrouillée par un strict blocus israélien depuis plus de dix ans.

Trois guerres ont opposé le mouvement islamiste à Israël depuis 2007.

Le Hamas est considéré par Israël, les États Unis et l’Union européenne comme une organisation terroriste.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite