Le top 10 des gares les plus fréquentées de Belgique (infographie)

Le top 10 des gares les plus fréquentées de Belgique (infographie)

Avec 21.793 passagers en moyenne lors d’un jour de semaine, la gare de Namur est devenue en 2018 la plus fréquentée de Wallonie, selon les observations de passagers publiées par la SNCB. Les comptages ont été effectués en octobre dernier. Namur dépasse Ottignies qui a enregistré en 2018 une moyenne de 20.152 passagers en semaine. Au niveau national, la gare de Bruxelles-Nord est restée la plus fréquentée du pays (62.344 voyageurs).

► La gare de Namur devient la plus fréquentée de Wallonie

Les trois gares principales bruxelloises sont sans surprise les plus fréquentées du pays avec un passage quotidien de milliers de navetteurs. Bruxelles-Nord reste en tête avec 62.344 passagers comptés en moyenne en jour de semaine, devant Bruxelles-Central (60.899) et Bruxelles-Midi (58.035).

La quatrième gare du pays est celle de Gand-St-Pierre (56.189), suivie par Anvers-Central (36.823, 5e) et Louvain (33.932, 6e).

Après Namur (21.793, 7e) et Ottignies (20.152, 8e), on retrouve les gares de Malines (19.457, 9e) et Liège-Guillemins (17.843, 10e). La principale gare de la cité ardente relègue Bruges à la 11e place (17.689) et fait ainsi son entrée dans un top 10 qui était inchangé depuis deux ans.

Le samedi, la gare la plus fréquentée du pays est Anvers-Central (25.453). Bruxelles-Midi obtient les meilleurs chiffres de fréquentation le dimanche (23.837).

Huit gares accueillent moins de 20 voyageurs par jour

Trois gares ont été rouvertes l’année dernière en province de Liège. Celle de Seraing enregistre déjà une fréquentation de 234 voyageurs en moyenne en semaine (314e place sur 552). Les gares d’Ougrée (60 voyageurs, 502e) et Chaudfontaine (39, 518e) connaissent des fréquentations plus modestes.

>Bruxelles : des gares encore très peu fréquentées

En bas de l’échelle, la gare de Ham-sur-Sambre, en province de Namur, figure à la dernière place. Elle n’a reçu en moyenne que 8 passagers au départ en jour de semaine. La gare de Hourpes (Hainaut), qui occupait cette position l’année dernière, a accueilli en moyenne 10 voyageurs en 2018. Au total, huit gares wallonnes accueillent moins de 20 voyageurs par jour (Ham-sur-Sambre, Hourpes, Verviers-Palais, Beignée, Maubray, Stockem, Obourg et Hergenrath).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite