EuroMillions Basket League: les licences accordées et une nouvelle formule de la compétition définie

EuroMillions Basket League: les licences accordées et une nouvelle formule de la compétition définie
Belga

La commission des licences de la Pro League de basket a accordé les licences pour la saison prochaine vendredi. En outre, la nouvelle formule de l’EuroMillions Basket League qui entrera en vigueur la saison prochaine a été définie.

Le Brussels, Ostende, Mons, Alost, Limburg United, Malines, Charleroi et Anvers ont tous obtenu une licence A. Liège et Louvain ont reçu une licence B. Ces deux derniers clubs ne pourront pas jouer de compétition européenne la saison prochaine.

La Pro League a aussi précisé la nouvelle formule du championnat. La saison régulière se jouera en deux tours et 26 journées. Le premier se jouera du 14 septembre au 23 novembre (8 journées) en deux poules, dans lesquelles les équipes seront réparties en fonction du classement final de la saison régulière cette saison. La poule A abritera les clubs 1-3-5-7-9 de la saison en cours alors que dans la poule B les clubs 2-4-6-8-10 s’affronteront. Au sein d’une poule, chaque club s’affrontera une fois en déplacement et une autre à domicile.

Après la trêve consacrée à l’équipe nationale (25 novembre-3 décembre), le deuxième tour de championnat se déroulera du 7 décembre au 8 mai 2020. Dans ce tour, tous les clubs s’affrontent à une reprise en déplacement et à domicile (18 journées). Les points du premier tour seront conservés au début du deuxième tour.

Le calendrier de la nouvelle saison sera publié après la fin de la compétition régulière actuelle, le 19 mai. Le format des playoffs pour la saison prochaine sera déterminé lors de l’assemblée générale de la Pro League de basketball en septembre.

Le Président Arthur Goethals s’est dit satisfait des licences obtenues par toutes les équipes, ainsi que de la nouvelle formule de compétition. « Nous sommes heureux que tous nos clubs aient obtenu leur licence. Dans la nouvelle formule, les clubs ont l’espace nécessaire pour planifier parfaitement leurs matchs, même pour les fans, il y aura assez de place pour respirer à la fin de la saison régulière ».

Toutes les compétitions en harmonie

« La compétition régulière, les compétitions européennes de clubs et les vitrines internationales sont en parfaite harmonie les unes avec les autres », poursuit Goethals. L’accent sera mis davantage sur les playoffs comme point culminant absolu, alors que dans la formule actuelle, le point noir est près l’octroi des licences, la nouvelle formule de concours pourrait également être complétée définitivement. La saison régulière se terminera la saison prochaine en deux rondes de ligue. Le premier tour se déroulera du 14 septembre au 23 novembre et se jouera en deux poules, dans lesquelles les équipes seront réparties en fonction du classement final de la saison régulière cette saison. La poule A abrite les clubs 1-3-5-5-7-7-9 de la saison en cours alors que dans la poule B les clubs 2-4-6-6-8-10 s’affrontent. Au sein d’une piscine, chaque club s’affrontera une fois dehors et à la maison.

Après la pause pour l’équipe nationale (25 novembre-3 décembre), le deuxième tour de championnat commence, qui se déroule du 7 décembre au 8 mai 2020. Dans ce tour de la ligue, tous les joueurs de la première ligue s’affrontent une seule fois et à la maison. Les points du premier tour de la ligue seront conservés au début du deuxième tour.

Le calendrier de la ligue pour la nouvelle saison sera publié après la fin de la compétition régulière, le 19 mai. Le format des séries éliminatoires pour la saison prochaine sera déterminé lors de l’assemblée générale de la Ligue Pro de basketball en septembre.

Le Président Arthur Goethals s’est dit satisfait des licences obtenues par toutes les équipes, ainsi que de la nouvelle formule de compétition. « Nous sommes heureux que tous nos clubs aient obtenu leur licence. Dans la nouvelle formule, les clubs ont l’espace nécessaire pour planifier parfaitement leurs matchs, même pour les fans, il y aura assez de place pour respirer à la fin de la saison régulière ».

« La compétition régulière, les compétitions européennes de clubs et les vitrines internationales sont en parfaite harmonie les unes avec les autres », poursuit Goethals. « L’accent sera mis davantage sur les playoffs comme point culminant absolu, alors que dans la formule actuelle, l’accent porte sur les matchs back-to-back à la fin de la saison régulière. En bref : un calendrier clairement lisible avec un bon mélange de basket de championnat, de basket européen et international, avec comme cerise sur le gâteau un format de playoffs renouvelé qui sera finalisé en septembre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite