«Game of Thrones»: ruée sur les abonnements à Be TV

Deux des derniers prétendants au Trône de fer
: Daenerys Targaryen et Jon Snow.
Deux des derniers prétendants au Trône de fer : Daenerys Targaryen et Jon Snow. - BelgaImage.

OCS en France et Be TV en Belgique sont les diffuseurs exclusifs de la série de HBO dans les deux pays et rivalisent de promotions et d’abonnements spéciaux pour attirer les fans. Et ils sont nombreux, ces derniers jours, à s’être affiliés uniquement pour ne rien manquer de l’ultime saison de Game of Thrones.

Si Be TV ne livre pas de chiffres concernant ses abonnements, la chaîne à péage observe « évidemment un effet Game of Thrones ». D’un côté, il y a la fidélisation du public qui suit la série depuis le début, puisque Be TV propose toutes les saisons à la demande. Ensuite, il y a les abonnés recrutés plus récemment. Ceux qui ont décidé de payer pour suivre le dénouement de leur programme préféré, qui commence dans la nuit du 14 au 15 avril, pour les plus impatients. De cette manière, les abonnés s’assurent des images et des sous-titres de qualité. Loin des vidéos qui fuiteront sur la Toile quelques minutes plus tard.

La plupart de ces fans ont déjà prévu de résilier cet abonnement après avoir dévoré l’ultime saison. Et le documentaire sur le making of de la série pour certains. Après des années à dévorer Game of Thrones via le téléchargement illégal, ils optent pour un abonnement « one shot ». Un changement radical de mode de consommation, guidé par la passion.

Sur le même sujet
FranceBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite