Arrestation d’Assange: Trump n’a jamais soutenu WikiLeaks, assure son vice-président

© Photo News
© Photo News

Les réactions enthousiastes de Donald Trump durant la campagne présidentielle aux informations de WikiLeaks concernant Hillary Clinton n’étaient en aucun cas une marque de soutien à l’organisation, a assuré vendredi son vice-président Mike Pence.

Interrogé jeudi sur l’arrestation de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, à l’ambassade d’Equateur à Londres, Trump s’est montré très évasif: «Je ne sais rien de WikiLeaks, ce n’est pas mon affaire», a-t-il lancé, renvoyant les questions vers le ministère de la Justice.

Sur les estrades de campagne pourtant, en 2016, le magnat de l’immobilier s’était montré beaucoup plus disert sur le sujet lorsque WikiLeaks avait diffusé des messages piratés de John Podesta, directeur de campagne de Hillary Clinton. «WikiLeaks, j’adore WikiLeaks!», avait-il notamment lancé.

«Je pense que le président est, comme vous les médias, toujours preneur d’informations», a avancé Pence sur CNN. «Mais cela n’était en aucun cas l’expression d’un soutien à une organisation dont nous comprenons aujourd’hui qu’elle a contribué à disséminer des informations classées secret-défense par les Etats-Unis», a-t-il ajouté.

Julian Assange s’était réfugié en 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres en partie pour fuir la justice américaine après la publication par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d’environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Cette fuite sans précédent avait été saluée par certains Américains, qui avaient notamment loué la dénonciation de bavures militaires, mais les autorités avaient dénoncé avec force une grave mise en danger de ses agents sur le terrain et lancé une enquête.

L’ex-président équatorien qualifie son successeur de « traître »

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a été reconnu coupable jeudi par la justice britannique d’avoir violé les conditions de sa liberté provisoire, quelques heures après son arrestation par la police dans l’ambassade d’Equateur à Londres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pour Trump, Twitter et Facebook représentent un combat très personnel.

    Par Christina Brause et Clemens Wergin («Die Welt»)

    Lena

    Le combat mondial pour la domination d’internet

  • Joe Biden et Kamal Harris, un tandem masqué pour les démocrates.

    Par Kessava Packiry

    USA

    Présidentielle aux Etats-Unis: des conventions à l’ombre du coronavirus

  • TRUMPGOLF

    Trump, ou comment diriger un pays depuis son club de golf

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous