Le Vatican explique le geste fort du pape lors de sa rencontre avec les leaders du Soudan du sud

© AFP
© AFP

L’image très humble du pape, agenouillé jeudi avec une visible souffrance pour embrasser les pieds de leaders du Soudan du sud, s’explique par «le climat de pardon réciproque» de leur réunion au Vatican, a estimé vendredi le Saint-Siège sur son portail officiel.

La «retraite spirituelle» inédite de deux jours des plus hautes autorités civiles et ecclésiastiques du Soudan du Sud, dans la résidence même où loge le pape François, n’était pas «un sommet politico-diplomatique», écrit Andrea Tornielli, directeur éditorial du «ministère» pour la communication du Saint-Siège. Mais plutôt «une expérience de prière et de réflexion commune entre leaders, qui tout en ayant signé un accord de paix, ont du mal à faire en sorte qu’il soit respecté».

Des ex-ennemis appelés à gouverner ensemble

«Vous avez commencé un processus, qu’il se termine bien. Il y aura des luttes entre vous, mais qu’elle restent dans le bureau; devant le peuple, unissez vous les mains!», avait lancé jeudi le pape argentin, après une prière commune.

Juste avant de s’agenouiller devant le président de la République du Soudan du Sud, Salva Kiir Mayardit, et le chef rebelle Riek Machar, ex-ennemis sanguinaires appelés à gouverner ensemble.

L’acte du pape François intervient une semaine avant que le même geste ne se répète dans les églises du monde entier en référence à la Cène de la tradition chrétienne, quand Jésus lave les pieds des apôtres et leur indique leur vocation de service, rappelle Andrea Tornielli.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite