Elections européennes: la Française Valérie Thatcher est arrivée à Bruxelles après 32 jours de marche

©D.R
©D.R

Valérie Thatcher, une Française partie à pied le 10 mars de Lyon pour appeler les citoyens à voter aux prochaines élections européennes fin mai, est arrivée dimanche aux environs de 13h devant le Parlement européen à Bruxelles. Son initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne Cettefoisjevote.eu, lancée par le Parlement européen en 24 langues.

Âgée d’une quarantaine d’années, Valérie Thatcher est fonctionnaire de l’Éducation nationale. Elle a marché plus de 750 km en passant par la Bourgogne et les Ardennes. Pour la dernière étape, au départ de Waterloo au matin, elle a été rejointe par son compagnon, sa fille, sa mère, une amie de Lyon accompagnée de son mari et deux volontaires de Cettefoisjevote.eu. D’autres volontaires et des membres du Parlement européen investis dans la campagne l’ont accueillie à son arrivée devant le Parlamentarium, place du Luxembourg.

«Je m’étais mise à marcher l’an dernier pour des raisons personnelles et c’est devenu assez addictif», raconte Valérie Thatcher. «Quand j’ai eu cette idée de marcher pour cette échéance, plus j’y pensais, plus je me disais que ça me permettrait de faire passer plein de choses. Je suis une simple citoyenne (...) et ça me permettait de dire au gens ’Regardez, je suis tellement convaincue par l’Europe que je fais cet effort considérable de marcher 32 jours, alors s’il vous plaît faites l’effort d’aller au bureau de vote’.»

Sa marche a été suivie sur différents réseaux sociaux et stimulée par des rencontres le long de son parcours. «Mon message a d’abord été de dire aux électeurs de faire vivre la démocratie et de croire en l’Europe, qui est une dimension régionale déterminante pour traiter des enjeux d’aujourd’hui - le climat, la migration, les droits de l’Homme... - et pour peser dans le monde», défend Valérie Thatcher. «Mais, hier, j’ai commencé à poster des messages aussi à l’intention des politiciens, pour les appeler à avoir de l’ambition, pas seulement pour eux-mêmes mais pour nous tous, à avoir une vision de l’Europe, à être visionnaires donc, mais également exemplaires, car si les gens se détournent de la politique c’est qu’il y a des raisons. On doit tous être responsables, les politiciens comme les électeurs.»

Notre dossier sur les élections européennes

Plus de 220.000 bénévoles dans tous les États membres se sont engagés dans la campagne Cettefoisjevote.eu pour faire remonter le taux de participation particulièrement bas aux élections européennes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite