Philippe Gilbert après sa victoire à Paris-Roubaix: «Je me rapproche de mon rêve de gagner tous les monuments»

Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) a remporté dimanche Paris-Roubaix (WorldTour) pour accrocher une cinquième fois un Monument à son palmarès. Le coureur liégeois a remporté quatre des cinq Monuments, mais le Tour de Lombardie à deux reprises, se rapprochant du grand chelem. « Je me rapproche de mon rêve », a déclaré Gilbert à l’arrivée. À 36 ans et déjà vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, du Tour des Flandres, de Paris-Roubaix et du Tour de Lombardie, il ne lui manque plus que Milan-Sanremo.

« Je suis un homme heureux. Je sentais que la forme revenait au fil des jours après avoir été malade au Tour des Flandres. Cela m’a vraiment remis en confiance pour aujourd’hui et je crois que j’ai fait une belle course aussi tactiquement. J’ai toujours ce rêve en moi de gagner tous les Monuments, j’ai fait ce rêve un peu fou il y a une dizaine d’années. C’est un objectif qui se rapproche et j’en suis encore plus proche aujourd’hui, c’est une grande fierté ».

Philippe Gilbert a dessiné son offensive assez loin de l’arrivée dimanche, attaquant une première fois à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée. « Les longues échappées ne me font pas peur et je sais que souvent cela tourne même en faveur. Je me suis lancé dans le boulot comme on dit, et j’étais bien avec Politt, un coureur très courageux qui ne rechigne pas sur les relais et je savais qu’être en sa compagnie, c’était l’idéal. On s’est retrouvé de nouveau ensemble dans le final. On n’a plus calculé, on a roulé à bloc, après c’est le meilleur qui gagne et tant mieux pour moi, c’était moi ».

Gagner Paris-Roubaix revêt une saveur particulière pour Philippe Gilbert. « C’est très spécial, parce que c’était un choix osé. Quand j’ai dit il y a trois ans que j’avais décidé de me mettre à fond sur ces classiques, beaucoup de gens ont dit que les pavés, ce n’était pas pour moi, et ils étaient pessimistes. Depuis, j’ai gagné le Tour des Flandres puis Paris-Roubaix. J’ai pu transformer mes qualités de puncheur qui m’ont fait gagner l’Amstel, Liège-Bastogne-Liège et la Flèche Wallonne. Je suis devenu un coureur différent et j’en suis très heureux. »

Paris-Roubaix : les Belges Iljo Keisse et Tiesj Benoot transportés à l’hôpital après avoir chuté (vidéo)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite