Grand Prix des Amériques: Alex Rins crée la surprise

@News
@News

Alex Rins a remporté le GP des Amériques, troisième rendez-vous du championnat du monde de MotoGP, dimanche à Austin. Sur le circuit texan, l’Espagnol a devancé, au guidon de sa Suzuki, l’Italien Valentino Rossi (Yamaha) pour 364 millièmes. L’Australien Jack Miller (Ducati) complète le podium à 8.161.

Rins, 23 ans, décroche sa première victoire en MotoGP et permet à Suzuki de retrouver le goût de la victoire. Le constructeur japonais courait derrière un succès depuis le GP de Grande-Bretagne 2016, alors remporté par Maverick Vinales.

Pourtant parti en pole, Marc Marquez a dû abandonné après avoir chuté au 9e tour alors qu’il était largement en tête. L’Espagnol avait remporté les six précédentes éditions du GP des Amériques.

L’Italien Andrea Dovizioso (Ducati), 4e dimanche sur le circuit texan, est désormais le nouveau leader du championnat avec 54 unités. Il devance Rossi (51), Rins (49) et Marquez (45).

Le quatrième Grand Prix de la saison se tiendra le 5 mai en Espagne, à Jerez, remporté en 2018 par Marc Marquez.

Thomas Lüthi s’impose en Moto2

Le Suisse Thomas Lüthi (Kalex) a remporté le Grand Prix des Amériques. Il a devancé son coéquipier allemand Marcel Schrötter, auteur de la pole position la veille, 2e à 2 sec 532/1000e, et l’Espagnol Jorge Navarro (Speed Up), 3e à 3 sec 836/1000e.

L’Italien Lorenzo Baldassarri, vainqueur des deux premières courses de la saison, a chuté dès le départ mais conserve la première place au classement général du championnat du monde. Il devance de trois points Lüthi, revenu à la 2e place après sa 13e victoire dans cette catégorie.

Aron Canet s’impose en Moto3

L’Espagnol Aron Canet (KTM) a remporté le Grand Prix des Amériques. Il s’est imposé au terme des 17 tours devant son compatriote Jaume Masia (KTM), 2e à 909/1000e, et l’Italien Andrea Migno (KTM), 3e à 1 sec 077/1000e. Il a signé, à 19 ans, la quatrième victoire de sa carrière alors qu’il s’était élancé en 6e position sur la grille de départ.

« On a réussi une course parfaite d’un point de vue stratégique », s’est félicité Canet qui s’est imposé pour la première fois au guidon d’une KTM depuis qu’il a rejoint l’écurie de l’ancienne star de la discipline, Max Biaggi. Leader du championnat du monde avant cette course, le Japonais Kaito Toba (Honda) a chuté après huit tours. Masia est le nouveau leader du classement général avec 45 points, le même total de points que Canet (2e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite