Accueil Sports Cyclisme Route

Philippe Gilbert vainqueur de Paris-Roubaix: les grands champions ne meurent jamais

Eliminé du Tour des Flandres sur maladie, Gilbert avait la rage. Sa démonstration entre Compiègne et Roubaix fut, dans toutes les phases de la course, l’aboutissement absolu de sa riche carrière

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

A une borne de la place de Compiègne, rangé au hasard d’un talus, le bus de l’équipe Deceuninck – Quick-Step était le dernier du convoi, parce que, par tradition, l’équipe loge à une heure du départ. La formation numéro un de l’UCI-World Ranking arriva donc en catimini. A l’abri des sollicitations médiatiques et celles d’un public clairsemé, l’ambiance était pour le moins décontractée. Hormis une équipe de télévision flamande qui suit Philippe Gilbert depuis 18 mois comme elle l’avait fait avec Tom Boonen pour la réalisation d’un film, le coin était paisible, à l’image du décor, verdoyant, champêtre.

Le patron de Specialized, Mike Sinyard, était l’invité de marque de la meilleure équipe du monde, dans les courses d’un jour en tout cas, reconnaissable à sa casquette.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs