France: l’opposition souligne la «lourde responsabilité» de Macron avant son intervention

France: l’opposition souligne la «lourde responsabilité» de Macron avant son intervention

Les oppositions soulignent la «lourde responsabilité» pesant sur les épaules du chef de l’Etat avant son intervention lundi soir en réponse au grand débat et aux «gilets jaunes», craignant qu’elle ne tourne à « l’opération de communication».

«C’est M. Macron qui a la lourde responsabilité» de «régler les problèmes de la France aujourd’hui», «qui a mis en scène de manière quelque peu narcissique les réponses à la colère, et aujourd’hui j’attends de lui avant tout des réponses économiques et sociales», ce qui est le «message originel des gilets jaunes», a souligné sur Sud Radio Geoffroy Didier, directeur de campagne des Républicains pour les élections européennes, en réclamant qu’il «commence par faire marche arrière sur toutes les hausses d’impôts» de ces derniers mois.

Mais alors que l’entourage du chef de l’Etat promet une réponse «massive», «plus les mots sont forts, plus les actes sont faibles, c’est l’ADN de cette présidence de la République», a-t-il mis en garde.

A gauche, le député LFI Alexis Corbière a critiqué sur Cnews «la méthode» d’Emmanuel Macron, qui réduit les Français à «des espèces de citoyens en culotte courte qui attendent que sa majesté s’exprime pour pouvoir après décrypter la parole présidentielle».

Il a en particulier de nouveau réclamé «des mesures contre la vie chère» et de «la justice fiscale», avec hausse du Smic, retour de l’ISF et impôt plus progressif.

« Communication », « mesurettes », « diversion »...

Plaidant aussi pour la «justice fiscale et la justice sociale», Raphaël Glucksmann, tête de la liste Place publique-PS, a dit sur LCI «espér(er) qu’il change de cap» et de «style», mais a fait part de ses «doutes», tandis que Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, veut maintenant «des réponses concrètes, sonnantes et trébuchantes».

Au Rassemblement national, le porte-parole Sébastien Chenu a dénoncé le risque d’une nouvelle «opération de communication», accusé le chef de l’Etat de vouloir «allumer des contre-feux», et mis en garde contre l’"effet dévastateur» en cas de déception des Français.

«Soit Emmanuel Macron change le cadre de la politique qui étouffe tous les gouvernements depuis 10 ans, soit il ne le fait pas et je ne vois pas comment il peut s’en sortir, ce sera des mesurettes», a commenté sur franceinfo Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, craignant qu’il « n’endorm(e) les Français une fois de plus».

«Opération de communication» et tentative de «diversion», craint aussi Emmanuel Maurel, fondateur de la Gauche Républicaine et Socialiste et numéro 6 sur la liste LFI aux européennes.

>Grand débat en France: Emmanuel Macron annoncera «des mesures concrètes» ce lundi

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite