Thomas Tuchel et Kylian Mbappé très remontés contre l’arbitre après la défaite du PSG à Lille: «Il nous prend tout!» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Difficile de cacher sa frustration du côté du Paris Saint-Germain après la déroute à Lille. Lourdement battus 5-1, les Parisiens devront encore patienter avant de soulever le titre de champions de France. À l’issue de la rencontre, l’entraîneur Thomas Tuchel et certains de ses joueurs ont désigné l’un des coupables de ce résultat : l’arbitre Benoît Bastien.

« C’est le même arbitre que contre Guingamp et les trois penalties contre nous », fulmine l’Allemand dans les couloirs du Stade Pierre-Mauroy comme le montre une vidéo publiée par Canal+. Il est vrai que Benoît Bastien était au sifflet le 9 janvier dernier lors de l’élimination du PSG par Guingamp en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Ce que n’a visiblement pas oublié Tuchel, ni Kylian Mbappé. « Il nous prend la Coupe de la Ligue cet arbitre, il nous prend des joueurs, il nous prend tout », peste l’attaquant français, faisant également référence à l’exclusion de Juan Bernat à la 36e minute.

Julian Draxler était lui aussi furieux. « Pourquoi on a le VAR si tu ne regardes pas ? », s’emporte-t-il alors qu’Alphonse Areola tente de le calmer. Les Parisiens devront rapidement se remobiliser s’ils ne veulent pas attendre plus longtemps pour être sacrés champions de France. Le prochain match, c’est face à Nantes et c’est déjà ce mercredi soir.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite