Les chats hybrides et «Fold» seront interdits à Bruxelles

Les chats hybrides et «Fold» seront interdits à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois a approuvé en première lecture un avant-projet d’arrêté visant à interdire la détention, l’élevage et la commercialisation de chats hybrides et «Fold», indique lundi la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge du Bien-être animal, Bianca Debaets. Ces chats présentent «trop de risques liés à leur comportement et à leur santé», avance-t-elle dans un communiqué, confirmant ainsi une information de La Dernière Heure.

> En Wallonie, les animaux auront désormais leur «code du bien-être»

> Code du bien-être animal: ce qui change quand vous adoptez un chat ou un chien

Les deux races les plus courantes de chats hybrides en Belgique - le Bengal et le Savannah - ont un comportement inadapté à la vie en captivité, soutient le communiqué. En outre, ils présentent un problème de manque de fertilité et leur période de gestation diffère de celle des chats domestiques. «Lors d’accouplements, le risque d’agression est très élevé.» Leur élevage et leur détention seront à l’avenir proscrits, sauf pour les Bengal à partir de la cinquième génération.

Malformations

Les chats «Fold» (Scottish Fold et Highland Fold) souffrent quant à eux d’un problème génétique pouvant entraîner des malformations du cartilage et de très fortes douleurs. Leurs oreilles courtes repliées vers l’avant sont dues à une mutation génétique «qui entraîne des anomalies importantes au niveau du cartilage des oreilles mais aussi de l’ensemble du squelette», souligne la secrétaire d’Etat dans son communiqué. Cette malformation provoque des douleurs importantes et de l’arthrite chronique. L’élevage, la commercialisation et la détention de ces félins seront dès lors interdits, avec pour but final une extinction progressive de la race.

Les propriétaires de chats «Fold» ou hybrides pourront les conserver jusqu’à leur mort à condition qu’ils soient stérilisés. Pour les chats hybrides, leurs maîtres devront demander une autorisation spéciale à la Région bruxelloise.

L’interdiction se base sur deux avis du Conseil bruxellois du bien-être animal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite