Gilets jaunes en France: plainte de la famille de l’octogénaire morte après un tir de lacrymogène à Marseille

Gilets jaunes en France: plainte de la famille de l’octogénaire morte après un tir de lacrymogène à Marseille

La famille de l’octogénaire décédée en décembre à Marseille après avoir été touchée par un tir de grenade lacrymogène en marge de manifestations a porté plainte pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner», a annoncé lundi leur avocat.

>Gilets jaunes en France: des personnalités appellent la ministre la Santé à «lever le voile» sur le nombre de blessés

«Le rapport d’autopsie et les éléments médicaux montrent clairement qu’il y a un lien direct entre la grenade reçue au visage par Mme Redouane et son décès, contrairement aux allégations médiatiques du procureur de la République de Marseille», a déclaré à l’AFP l’avocat de la fille de l’octogénaire, Yacine Bouzrou, confirmant des déclarations à France Bleu Provence.

Le 2 décembre, Zineb Redouane, 80 ans de nationalité algérienne, était décédée à l’hôpital «d’un arrêt cardiaque sur la table d’opération», avait indiqué à l’époque le procureur de Marseille Xavier Tarabeux : «A ce stade, on ne peut pas établir de lien de cause à effet entre la blessure et le décès», avait-il précisé. Mme Redouane, de santé fragile, avait été frappée au visage par un projectile en fermant les volets de son appartement, au 4e étage, alors que de violents incidents avaient éclaté dans sa rue, le samedi 1er décembre, en marge de manifestations ("gilets jaunes», CGT, contre l’habitat insalubre). Des plots de grenade avaient été retrouvés chez elle.

L’auteur du tir toujours pas identifié

Le parquet avait saisi l’IGPN, la police des polices, puis ouvert une information judiciaire «pour recherche des causes de la mort».

«L’enquête menée par un juge d’instruction permettra de déterminer l’origine du décès. Les antécédents médicaux vont être analysés», a réagi lundi M. Tarabeux auprès de l’AFP. «A l’issue, en fonction des différents éléments recueillis, cela déterminera l’orientation de la procédure», a poursuivi le procureur, qui souligne que lors de ses précédentes déclarations il avait bien indiqué qu’il s’agissait de premières conclusions, «à ce stade» de l’enquête.

L’avocat, qui met en cause «l’impartialité de la juridiction», a également demandé le dépaysement de l’affaire : «Si elle a été conduite aux urgences et opérée, c’est bien en raison du projectile reçu», a-t-il insisté auprès de l’AFP.

«Nous ne comprenons pas pourquoi la personne qui a tiré cette grenade n’a toujours pas été identifiée, quatre mois après c’est scandaleux», a ajouté Me Bouzrou, alors que la vieille femme aurait confié à une voisine qu’un «agent de police l’avait visée».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite