Gilets jaunes en France: plainte de la famille de l’octogénaire morte après un tir de lacrymogène à Marseille

Gilets jaunes en France: plainte de la famille de l’octogénaire morte après un tir de lacrymogène à Marseille

La famille de l’octogénaire décédée en décembre à Marseille après avoir été touchée par un tir de grenade lacrymogène en marge de manifestations a porté plainte pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner», a annoncé lundi leur avocat.

>Gilets jaunes en France: des personnalités appellent la ministre la Santé à «lever le voile» sur le nombre de blessés

«Le rapport d’autopsie et les éléments médicaux montrent clairement qu’il y a un lien direct entre la grenade reçue au visage par Mme Redouane et son décès, contrairement aux allégations médiatiques du procureur de la République de Marseille», a déclaré à l’AFP l’avocat de la fille de l’octogénaire, Yacine Bouzrou, confirmant des déclarations à France Bleu Provence.

Le 2 décembre, Zineb Redouane, 80 ans de nationalité algérienne, était décédée à l’hôpital «d’un arrêt cardiaque sur la table d’opération», avait indiqué à l’époque le procureur de Marseille Xavier Tarabeux : «A ce stade, on ne peut pas établir de lien de cause à effet entre la blessure et le décès», avait-il précisé. Mme Redouane, de santé fragile, avait été frappée au visage par un projectile en fermant les volets de son appartement, au 4e étage, alors que de violents incidents avaient éclaté dans sa rue, le samedi 1er décembre, en marge de manifestations ("gilets jaunes», CGT, contre l’habitat insalubre). Des plots de grenade avaient été retrouvés chez elle.

L’auteur du tir toujours pas identifié

Le parquet avait saisi l’IGPN, la police des polices, puis ouvert une information judiciaire «pour recherche des causes de la mort».

«L’enquête menée par un juge d’instruction permettra de déterminer l’origine du décès. Les antécédents médicaux vont être analysés», a réagi lundi M. Tarabeux auprès de l’AFP. «A l’issue, en fonction des différents éléments recueillis, cela déterminera l’orientation de la procédure», a poursuivi le procureur, qui souligne que lors de ses précédentes déclarations il avait bien indiqué qu’il s’agissait de premières conclusions, «à ce stade» de l’enquête.

L’avocat, qui met en cause «l’impartialité de la juridiction», a également demandé le dépaysement de l’affaire : «Si elle a été conduite aux urgences et opérée, c’est bien en raison du projectile reçu», a-t-il insisté auprès de l’AFP.

«Nous ne comprenons pas pourquoi la personne qui a tiré cette grenade n’a toujours pas été identifiée, quatre mois après c’est scandaleux», a ajouté Me Bouzrou, alors que la vieille femme aurait confié à une voisine qu’un «agent de police l’avait visée».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite