Le rallye Dakar quitte l’Amérique du Sud et aura lieu en Arabie Saoudite en 2020

©Photonews
©Photonews

Le Dakar, le plus célèbre des rallyes-raid, quitte l’Amérique du Sud où il se courait depuis 2009 et aura lieu en Arabie Saoudite en 2020, a annoncé l’organisateur ASO dans un communiqué lundi.

« Après trente années à sillonner et découvrir l’Afrique et dix ans à s’émerveiller des paysages sud-américains, le plus grand rallye du monde va écrire un nouveau chapitre au sein des déserts mystérieux et profonds du Moyen-Orient, en Arabie Saoudite », est-il ajouté dans ce communiqué. L’accord officialisé lundi court sur une durée de cinq ans.

Créée en 1978, l’épreuve, alors appelée Paris-Dakar, était courue entre l’Europe et le nord de l’Afrique jusqu’en 2007, avant de déménager en Amérique du Sud pour se prémunir de la menace terroriste.

Entre 2009 et 2018, elle a fait étape en Argentine, au Chili, au Pérou, en Bolivie et brièvement au Paraguay. L’organiser dans cette région devenait toutefois de plus en plus compliqué du fait des politiques d’austérité et des contraintes météorologiques.

Géographie propice aux itinéraires audacieux

L’édition 2019 a ainsi été la première à n’avoir lieu que dans un seul pays, le Pérou, après les retraits de la Bolivie et du Chili, sur un tracé en boucle de dix étapes, contre 14 pour la précédente qui visitait trois pays (Argentine, Bolivie, Pérou).

« Je suis déjà inspiré et heureux de devoir tracer un parcours dans une géographie aussi monumentale et propice aux itinéraires les plus audacieux », assure le nouveau directeur de l’épreuve, le Français David Castera.

« Il n’y a que l’embarras du choix. Sport, navigation, dépassement de soi, seront à l’évidence magnifiés dans ces territoires faits pour le rallye-raid », promet celui qui a participé à l’épreuve en moto puis comme copilote en auto et a été directeur sportif du Dakar entre 2006 et 2015.

Plus de détails jeudi 25 avril

« Notre pays est passionné par le sport et notre objectif stratégique est de nourrir cet appétit à mesure que nous progressons vers la réalisation de notre Vision 2030 dont le sport est un des piliers », a commenté le président de l’Autorité générale des sports -- l’organe responsable des sports en Arabie Saoudite -- le Prince Abdulaziz bin Turki AlFaisal Al Saud.

Hôte de la Supercoupe d’Italie de football, d’une course de Formule Electrique et maintenant du Dakar, le royaume s’appuie depuis quelques années sur le sport comme outil de communication, dans le but d’améliorer son image.

Une conférence de presse donnera plus de détails sur l’événement, jeudi 25 avril à Al Qiqqiya, près de la capitale saoudienne Ryad.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite