Angèle dévoile le clip de «Balance ton quoi»

Cendrillon dans son château, caressant son petit chat… puis faisant un gros f*ck. Pour illustrer Balance ton quoi, nouvel extrait de son album abordant la question du sexisme ordinaire en faisant référence aux mouvements #BalanceTonPorc et #MeToo, Angèle choisit un univers à la fois ludique et drôle, mais criant de vérité.

Réalisé par sa fidèle complice Charlotte Abramow, le clip (imaginé comme un petit film) commence dans un tribunal imaginaire, dédié aux affaires de sexisme. Le verdict ? La rééducation. Les coupables sont envoyés à l’« Anti-Sexism Academy », où l’on retrouve le comédien Pierre Niney, qui s’est mué en cliché machiste refusant d’entendre le « non » d’une femme.

« Beaucoup de thèmes sont ici évoqués avec la volonté d’illustrer un féminisme intersectionnel et inclusif : question de genres, harcèlement sexuel, consentement, (…), charge mentale… », explique Charlotte Abramow dans sa note d’intention. Une manière de sensibiliser toutes les générations à une problématique toujours actuelle. L’occasion aussi de créer une collection capsule des uniformes de l’« Anti-Sexism Academy » arborés dans le clip. Et de reverser les bénéfices à deux associations féministes.

« Le Féminisme, c’est bien. »

Sur le même sujet
MusiqueAngèle
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite