Angèle dévoile le clip de «Balance ton quoi»

Cendrillon dans son château, caressant son petit chat… puis faisant un gros f*ck. Pour illustrer Balance ton quoi, nouvel extrait de son album abordant la question du sexisme ordinaire en faisant référence aux mouvements #BalanceTonPorc et #MeToo, Angèle choisit un univers à la fois ludique et drôle, mais criant de vérité.

Réalisé par sa fidèle complice Charlotte Abramow, le clip (imaginé comme un petit film) commence dans un tribunal imaginaire, dédié aux affaires de sexisme. Le verdict ? La rééducation. Les coupables sont envoyés à l’« Anti-Sexism Academy », où l’on retrouve le comédien Pierre Niney, qui s’est mué en cliché machiste refusant d’entendre le « non » d’une femme.

« Beaucoup de thèmes sont ici évoqués avec la volonté d’illustrer un féminisme intersectionnel et inclusif : question de genres, harcèlement sexuel, consentement, (…), charge mentale… », explique Charlotte Abramow dans sa note d’intention. Une manière de sensibiliser toutes les générations à une problématique toujours actuelle. L’occasion aussi de créer une collection capsule des uniformes de l’« Anti-Sexism Academy » arborés dans le clip. Et de reverser les bénéfices à deux associations féministes.

« Le Féminisme, c’est bien. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Musique|Angèle
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite