Battu, le Spirou Charleroi n’était pas à niveau contre Alost (73-74)

@News
@News

Sur 13 back-to-back disputés, 8 se sont soldés par une victoire de part et d’autre, preuve qu’il n’est pas aisé mentalement d’aborder une rencontre le couteau entre les dents 24 ou 48 heures après une victoire, parfois même facilement acquise. Charleroi en a fait les frais à son tour. Après la sérieuse claque reçue dans leur Forum (61-103), les Alostois, venus à neuf, ont su mettre les Spirou en grandes difficultés.

Leur pression défensive pour éloigner Charleroi le plus loin possible de la raquette couplée au cruel manque de lucidité des locaux en zone offensive (14 points concédés suite à une perte de balle) leur permettait de rentrer aux vestiaires avec un avantage de huit unités.

Après 20 minutes soporifiques, les Carolos se décidaient à montrer les crocs en défense, s’offraient de multiples options faciles en transition offensive et inversaient la tendance (36-42 à 52-46) avant que les débats ne s’équilibrent, Alost utilisant à bon escient la défense de zone.

Le money-time était à l’image de la rencontre, le marquoir affichant 69-71 pendant plus de trois minutes de mauvaises décisions offensives. Malgré leur piètre prestation, les Spirou avaient encore tout en main pour l’emporter à 35 secondes du terme (73-71)… C’était sans compter deux sorties de temps-mort ratées. Hammonds puis Mobley optaient pour une option individuelle et compliquée sans avoir créé le moindre mouvement, là où les visiteurs trouvaient Casero isolé à trois points, crucifiant son ancien club.

SPIROU CHARLEROI 73

ALOST 74

Q.T. : 23-21, 13-21, 20-14, 17-18.

Charleroi : 7/25 à 3, 19/38 à 2, 14/18 aux lf, 40 rbds, 17 ass, 22 f.

HUNT 2-4, LIBERT 9-7, Hervelle 5-0, Demirtas, FORD 5-6, SOROKAS 2-5, MARCHANT 4-0, Mobley 5-7, HAMMONDS 4-8.

Alost : 5/18 à 3, 19/42 à 2, 21/27 aux lf, 36 rbds, 8 ass, 19 f.

SMITH, 0-7 WILLIAMS 7-4, Casero 11-8, Amis 2-2, Van Impe, GEUKENS 2-5, VAN DER MARS 2-0, Dierickx, THOMAS 18-6.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite