Tensions sociales chez Skeyes: Liege Airport parle de «catastrophe économique»

© Photo News
© Photo News

L’interruption du trafic aérien de minuit à 6h, en raison d’un manque de personnel chez Skeyes, a « impacté » une cinquantaine de vols cargo à Liege Airport, l’aéroport belge le plus touché depuis un mois et demi par ces problèmes nocturnes à répétition dans le ciel belge. Au sein de l’aéroport wallon, on parle d’une situation « ingérable » qui s’apparente à une «catastrophe économique».

Parmi la cinquantaine de vols touchés, une trentaine a été retardée, 15 n’ont pas pu assurer leur circuit habituel et cinq ont été annulés, selon le responsable de la communication de Liege Airport, contacté par l’agence Belga.

Si l’aéroport wallon dit pouvoir comprendre le mouvement social en cours au sein de l’organisme en charge du contrôle aérien, la situation n’en pénalise pas moins lourdement les équipes des manutentionnaires et des compagnies aériennes actives sur le tarmac liégeois. « La situation est juste devenue ingérable. Cela coûte des millions d’euros sur le court terme sans parler des dégâts au niveau de l’image de marque de Liege Airport et du paysage aérien belge. C’est une catastrophe économique », résume Christian Delcourt. « On ne peut pas continuer à payer pour un service qui n’est pas bien rendu », estime-t-il, alors que l’aéroport wallon plaide, à moyen terme, pour une régionalisation du contrôle aérien et pour la privatisation de ce service.

A Brussels Airport, en revanche, la fermeture de l’espace aérien durant la nuit n’a engendré que des perturbations somme toute limitées mardi matin, avec des retards d’une demi-heure en moyenne pour les vols passagers.

A Charleroi, la fermeture nocturne de l’espace aérien n’a pas eu de répercussions, selon le porte-parole de BSCA.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite