Climat: Greta Thunberg lance un appel à voter aux élections européennes

Climat: Greta Thunberg lance un appel à voter aux élections européennes

La jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg, invitée au Parlement européen, a lancé mardi un appel à voter aux élections européennes pour parler au nom des jeunes qui ne peuvent pas encore s’exprimer dans ce scrutin.

L’adolescente, qui n’a pas encore le droit de vote en Suède, a jugé devant la presse « essentiel » de voter à ces élections qui se tiendront du 23 au 26 mai, « pour saisir cette opportunité d’influencer les positions » et « de parler au nom des gens comme moi qui vont être affectés par cette crise » et ne peuvent pas voter.

S’exprimant à l’issue d’un entretien avec le président du Parlement européen, Antonio Tajani, la jeune fille âgée de 16 ans, a estimé que le moment permettant encore d’agir contre le réchauffement climatique ne va pas durer longtemps.

« Agir maintenant »

Les politiciens européens doivent « agir maintenant, car il n’y a pas beaucoup de temps », a dit la lycéenne, instigatrice de la « grève de l’école pour le climat » qu’elle avait commencée seule devant le Parlement suédois. « Nous avons encore une fenêtre ouverte pendant laquelle nous pouvons agir, mais elle ne va pas être ouverte longtemps, donc nous avons besoin de saisir cette opportunité pour faire quelque chose ».

Greta Thunberg a servi d’exemples à des milliers de jeunes en Europe, qui ont battu le pavé ces dernières semaines pour alerter sur l’urgence de lutter contre les dérèglements climatiques. A Strasbourg, une manifestation est prévue en début d’après-midi devant se terminer devant le Parlement européen afin d’interpeller les eurodéputés.

Mettre la pression sur les gens au pouvoir

Appelant les jeunes « à mettre la pression sur les gens au pouvoir et les générations plus âgées », Greta Thunberg doit encore s’exprimer à 14H00 devant une commission parlementaire.

« C’est une grande opportunité d’envoyer un message et de parler au nom des jeunes qui partagent les mêmes inquiétudes que moi concernant la crise du climat », a estimé l’adolescente.

Cette dernière ne fait pas l’unanimité. L’eurodéputée française Françoise Grossetête (PPE, droite) a annoncé qu’elle ne participerait pas à cette audition, rejetant « avec fermeté le discours décliniste, catastrophiste, décroissant et anti-nucléaire tenu par Greta Thunberg ». Elle est devenue, selon l’eurodéputée, « le symbole de cette juste cause environnementale détournée à des fins politiques » par « les lobbys écologistes et altermondialistes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite