Incendie à Notre-Dame de Paris: l’enquête sera longue et complexe

L’enquête sur l’origine de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame s’annonce longue et complexe pour les experts de la préfecture de police et la police judiciaire qui ont mené de premières auditions dans la nuit, mais n’ont pas encore pu pénétrer à l’intérieur de l’édifice.

► Incendie à Notre-Dame de Paris: des «vulnérabilités» ont été identifiées dans la structure

La piste accidentelle privilégiée dès les premières heures du sinistre continue d’être suivie par les enquêteurs de la brigade criminelle de la PJ, à qui le parquet de Paris a confié les investigations.

« Rien dans l’état ne va dans le sens d’un acte volontaire », a résumé sur place mardi le procureur de Paris Rémy Heitz, après avoir ouvert dans la nuit de lundi à mardi une enquête pour « destruction involontaire par incendie ».

Les soupçons convergent vers le chantier en cours sur le toit de la cathédrale. C’est de là que semble avoir démarré le feu qui a ensuite dévoré en partie l’emblématique monument parisien.

« Ce sera une enquête difficile », a d’ores et déjà prévenu le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez.

Les dégâts

Le bilan est lourd : 1.000 mètres carrés de toiture partis en fumée. La charpente et l’emblématique flèche détruites. L’impressionnante charpente en chêne surnommée la « forêt » n’est plus. Les mensurations de l’ossature étaient impressionnantes : 110 mètres de long, 13 mètres de large et 10 mètres de haut, achevée au début du XIIIe siècle, et dont certains éléments dataient du VIIIe siècle. L’immense toiture en plomb a elle aussi été avalée par l’incendie. La flèche, perchée à 93 mètres de haut, n’a pas pu être atteinte par les lances à eau des quelque 400 pompiers mobilisés et s’est effondrée vers 20 heures. Au sommet de la flèche trônait une sculpture de coq qui abritait des reliques considérées comme sacrées par les catholiques : une partie de la couronne d’épines, une relique de Saint-Denis et une autre de Sainte-Geneviève. Elles ont toutes les trois disparues dans l’incendie. Le beffroi nord qui surplombe le parvis et la grande rosace, ont échappé au pire. Mais le sort des grandes orgues de la cathédrale du maître-autel et des vitraux reste très incertain.

Le secrétaire d’Etat français à l’Intérieur Laurent Nuñez a communiqué mardi en milieu de journée que des « points de vulnérabilité » ont été identifiés dans la structure de la cathédrale Notre-Dame de Paris, notamment au niveau de la voûte, dont une partie s’est effondrée dans l’important incendie qui a ravagé le lieu durant la nuit. Il y a aussi des inquiétudes sur « un pignon du transept nord », ce qui a entraîné l’évacuation de 5 bâtiments proches pour 48h, des immeubles d’habitation de la rue du Cloître. Malgré cela, « globalement, la structure tient bon », a-t-il ajouté.

Les pompiers mobilisés en nombre

Les pompiers ont annoncé tôt mardi que l’incendie était « complètement maîtrisé » et « partiellement éteint ». Seuls des « foyers résiduels » demeuraient actifs.

Vers 22h50, les « deux tours de Notre-Dame (étaient) sauvées » et sa structure « sauvée et préservée dans sa globalité », selon le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris

Dès le départ du feu, un important dispositif de secours a été mis en place.

Quatre cents pompiers avec 18 lances à incendie, certains juchés sur des bras mécaniques à des dizaines de mètres de hauteur, ont lutté pour tenter de circonscrire au plus vite le feu.

Utiliser des canadairs sur le bâtiment était inenvisageable : « Le largage d’eau par avion sur ce type d’édifice pourrait en effet entraîner l’effondrement de l’intégralité de la structure », a tweeté la Sécurité civile.

La cathédrale Notre-Drame de Paris ravagée par un incendie: les photos de l’intérieur

Les dons : près de 500 millions d’euros déjà promis

Depuis l’incendie, les donateurs se bousculent pour offrir des fonds pour financer la reconstruction, en attendant peut-être une conférence des donateurs évoquée mardi par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Des promesses de dons de près de 500 millions d’euros ont déjà été faites.

Plusieurs grandes fortunes ont annoncé vouloir sortir leur carnet de chèques : la famille Pinault a promis 100 millions d’euros, suivie de quelques heures par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions. L’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac), et la famille Bouygues, ont promis chacun 10 millions d’euros. Le géant pétrolier Total a annoncé à la mi-journée un don spécial de 100 millions d’euros.

La famille héritière de L’Oréal, les Bettencourt-Meyers, ainsi que le géant mondial des cosmétiques ont annoncé mardi un don total de 200 millions d’euros pour Notre-Dame de Paris, dont 100 millions d’euros via la fondation Bettencourt Schueller.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite