Ligue des champions: Manchester City et Guardiola face à leur destin

Ligue des champions: Manchester City et Guardiola face à leur destin
Photo News

Manchester City disputera deux rencontres cruciales à domicile cette semaine, à chaque fois contre Tottenham. Mercredi soir (21h00), place au quart de finale retour de la Ligue des Champions (victoire 1-0 des ’Spurs’ à l’aller). Samedi (13h30), les deux équipes se retrouveront pour le choc de la 35e journée de Premier League. « Nous devons gagner les deux matchs pour ne pas perdre les deux titres en une semaine », a résumé l’entraîneur de City Pep Guardiola mardi.

Après la défaite 1-0 de la semaine dernier dans le tout nouveau Spurs Stadium, les Cityzens font face à un défi difficile mercredi. « Je ne suis pas un rêveur, mais j’aimerais aller en demi-finales », a expliqué Guardiola. « Les joueurs ont le même désir. Ils sont très concentrés. Est-ce que ce sera assez ? Nous devons attendre pour voir. »

Samedi, un deuxième duel contre les Spurs est prévu, capital dans la course au titre. Actuellement, Manchester City (83 points) compte deux points de moins que Liverpool, mais a disputé une rencontre de moins que les ’Reds’. « Nous devons gagner les deux rencontres », a ajouté Guardiola. « Normalement, 84 ou 85 points suffisent pour être champions, mais cette année, avec Liverpool, nous avons un adversaire incroyablement fort. Nous méritons tous deux le titre, mais un seul le décrochera. »

Guardiola pourra compter à nouveau sur son buteur Sergio Agüero. Celui-ci souffre des ischio-jambiers depuis fin mars, mais il a pu jouer 75 minutes contre Crystal Palace. « Sergio est fit, mais sûrement pas en super condition. Il manque encore de rythme de match, mais est prêt pour la rencontre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite