Plus de 600 millions d’euros récoltés pour reconstruire Notre-Dame de Paris

Plus de 600 millions d’euros récoltés pour reconstruire Notre-Dame de Paris

Les dons promis par plusieurs grandes fortunes et entreprises pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, dévastée la veille par le feu, dépassaient mardi après-midi 600 millions d’euros, auxquels doivent s’ajouter plusieurs engagements en nature.

Voici le point sur les principaux dons.

500 millions d’euros pour les trois plus grosses fortunes françaises

A elles seules, les trois plus grandes fortunes françaises ont donné un demi milliard d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame.

La première place du podium est partagée entre la famille Arnault et la famille Bettencourt.

Avec le numéro un mondial du luxe LVMH, la première a annoncé un « don » de 200 millions d’euros et a proposé que l’entreprise mette à disposition ses « équipes créatives, architecturales, financières » pour aider au travail de reconstruction et de collecte de fonds.

► Comment faire un don sans se faire arnaquer ?

Les Bettencourt ont annoncé quant à eux deux dons de 100 millions d’euros, l’un via l’Oréal et l’autre via leur fondation.

A la troisième place, la famille d’industriels Pinault, qui possède le groupe Kering, a annoncé débloquer 100 millions d’euros via sa société d’investissement Artemis.

« Très touchés » par l’incendie, Martin et Olivier Bouygues ont annoncé se mobiliser « à titre personnel » avec un don de 10 millions d’euros via leur holding familiale, SCDM.

Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d’investissement Fimalac, a quant à lui aussi débloqué 10 millions d’euros, « pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale », tombée dans l’incendie de lundi.

Les entreprises françaises donnent à diverses échelles

Le PDG du groupe Total Patrick Pouyanné a annoncé sur son compte Twitter, que le groupe, qui se présente comme le « premier mécène de la Fondation du patrimoine », allait faire un « don spécial » de 100 millions d’euros.

Crédit Agricole, via sa fondation, est pour l’heure la seule banque française à avoir annoncé un chiffre (5 millions d’euros) pour les mesures de sauvegarde d’urgence de Notre-Dame de Paris. Les banques Société Générale, BNP Paribas, Crédit Mutuel et CIC ont toutes promis de participer à l’effort de reconstruction, sans préciser pour l’heure de montant.

Le géant informatique français Capgemini s’est dit « solidaire de l’effort national » et a annoncé verser un million d’euros pour contribuer à la reconstruction de la cathédrale.

► Grand concert organisé samedi soir sur France 2 avec un appel aux dons

Le géant français du BTP Vinci n’a pas non plus annoncé de montant mais souhaite apporter « une partie du financement » de la reconstruction et propose à tous les constructeurs de France « d’unir leurs forces » dans un « mécénat de compétences ».

Le groupe Michelin a pris la décision de participer à la reconstruction via sa fondation, a indiqué le groupe à l’AFP. Le montant sera décidé par le conseil d’administration de celle-ci.

Le patronat a également réagi : le Medef a appelé les entrepreneurs à participer à la collecte lancée par la Fondation du patrimoine tandis que la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) « se tient à la disposition des pouvoirs publics pour mobiliser son réseau national d’artisans ».

Des dons en nature

Groupama a annoncé offrir 1.300 chênes qu’il prélèvera dans ses forêts normandes, « pour respecter le travail des Compagnons de l’époque », pour la « reconstruction de la charpente » de la cathédrale.

La compagnie Air France a indiqué qu’elle assurera « le transport gratuit de tous les acteurs officiels qui participeront à la reconstruction ». Elle mettra également en place un système de collecte auprès de ses clients.

Quelques dons venus de l’étranger

Henry Kravis, co-fondateur du fonds d’investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, « attristés par l’incendie », ont annoncé contribuer « dès à présent » à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d’euros). C’est le premier don d’ampleur venu de l’étranger.

La ville hongroise de Szeged a annoncé faire un don de 10.000 euros, s’estimant redevable à Paris. En 1879, la capitale française avait aidé à la reconstruction de cette ville du sud du pays, dévastée par une inondation.

En Côte d’Ivoire, c’est le roi de Krindjabo, capitale du royaume de Sanwi dans le sud-est du pays, qui a promis un « don » pour la reconstruction, sans préciser de montant. Un prince de son royaume avait été baptisé dans la cathédrale dans les années 1700.

La milliardaire brésilienne Lily Safra a fait un « don important », a également affirmé à l’AFP Stéphane Bern, chargé de la mission du patrimoine, sans dévoiler de montant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite