Greta Thunberg sur le climat: «J’espère que les fondations de Notre-Dame sont solides mais je crains pour les nôtres»

©EPA
©EPA

Les groupes politiques des Verts, sociaux-démocrates et de la gauche radicale avaient proposé qu’elle s’exprime en session plénière. Mais suite au refus de la droite conservatrice, des libéraux et des eurosceptiques, ce n’est « que » la commission de l’Environnement du parlement européen qui a reçu ce mardi à Strasbourg la jeune suédoise militante suédoise Greta Thunberg. Elle a cependant plus que rempli une salle de 250 personnes, pendant que le débat dans l’hémicycle réunissait comme d’habitude une poignée d’eurodéputés. La militante climatique a fait un discours poignant, interrompue par ses propres pleurs ou par des ovations, faisant le lien avec la catastrophe parisienne de la veille.

« J’ai 16 ans je viens de Suède et je veux vous faire paniquer. Je veux que vous agissiez comme si votre maison était en feu », a débuté la jeune fille. « Notre civilisation est si fragile, comme un château construit sur du sable, sa façade est magnifique mais les fondations sont si fragiles. Nous avons tant lésiné… Hier le monde a regardé avec désespoir et une énorme tristesse comment Notre-Dame de Paris a brûlé. Certaines constructions sont plus que des constructions. Mais Notre-Dame sera reconstruite. J’espère que ses fondations sont solides. Et j’espère que nos fondations le sont autant, mais je crains le contraire : vers 2030, nous serons en situation de changements irréversibles qui conduiront très probablement à la fin de la civilisation telle que nous la connaissons. A moins que des changements permanents et inédits se seront produits dans nos sociétés… »

« Je veux vous faire paniquer »

Comme à son habitude, Greta Thunberg a interpellé sans ménagement les dirigeants politiques : « Si notre maison s’effondrait, vous ne tiendriez pas trois sommets d’urgence sur le Brexit, plutôt qu’un sommet d’urgence sur la catastrophe climatique. (…) A coup sûr, vous mettriez vos différends de côté et commenceriez à coopérer. Eh bien, notre maison est en train de s’effondrer, le temps vient à nous manquer, et pourtant rien ne se passe. J’ai 16 ans je viens de Suède et je veux vous faire paniquer. Je veux que vous agissiez comme si votre maison était en feu. »​

Détail piquant et révélateur à propos des dirigeants politiques : le commissaire à l’Environnement et à l’Action climatique Arias Canete, qui devait intervenir face à la commission parlementaire, est arrivé en retard pour l’audition de Greta Thunberg…

Sur le même sujet
ParlementSuèdeStrasbourg
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite